Bernardy, Jacques Philippe (1758-1836), de l’École centrale à la Faculté des Lettres de Poitiers

Déjà formé pendant près de quinze ans à l'enseignement, au sein de la Congrégation de l'Oratoire, c'est à sa spécialisation comme professeur de Belles-Lettres que Jacques Philippe Bernardy doit sa carrière dans l'enseignement. Indépendamment des régimes politiques qui se succèdent : à l'École centrale de la Charente ; au lycée impérial, puis collège royal, enfin à la Faculté des Lettres de Poitiers.

Continuer la lecture de « Bernardy, Jacques Philippe (1758-1836), de l’École centrale à la Faculté des Lettres de Poitiers »

Mythologie et description du Panthéon des Romains, 1800

L’ouvrage de Joseph Brunel [1746-1818], intitulé « Cours de Mythologie » paru en 1800, réédité en 1807, puis en 1823, est conçu comme un ouvrage d’initiation à destination des jeunes gens. Aussi s’ouvre-t-il par un frontispice offrant l’image d’un Panthéon simplifié, où figurent pourtant les principales divinités païennes citées dans les textes classiques. 

Continuer la lecture de « Mythologie et description du Panthéon des Romains, 1800 »

Jouvion, Amédée (1805-1860), du maître d’études à l’inspecteur d’académie

Une longue carrière qui s’étend sur près de trente-cinq ans, et qui lui fait gravir lentement les échelons réglementaires : maître d’études, régent de collège, professeur, principal de collège, censeur des études, proviseur et enfin inspecteur d’académie. C’est l’agrégation de grammaire, obtenue en 1845, qui lui permet d’accéder à des fonctions d’autorité. Continuer la lecture de « Jouvion, Amédée (1805-1860), du maître d’études à l’inspecteur d’académie »

Engrand, Henri (1753-1823), Leçons élémentaires sur la Mythologie

C’est le sort de beaucoup d’ouvrages du dix-neuvième siècle, édités en province, et destinés à l’instruction de la jeunesse, d’avoir bénéficié de nombreuses rééditions, et par là même d’un important tirage global. Mais la conservation de tels livres d’éducation manipulés à satiété, et généralement malmenés, est le plus souvent assez médiocre. Il est aussi souvent très difficile d’en retrouver matériellement les différentes éditions.

Continuer la lecture de « Engrand, Henri (1753-1823), Leçons élémentaires sur la Mythologie »

Guiselin, Charles (1816-1880), des postes provinciaux au censorat du lycée Condorcet

La carrière de Charles Guiselin, ancien élève de l'École normale [1836], est essentiellement celle d'un administrateur : censeur à Mâcon, à Reims, à Orléans, à Bordeaux, puis proviseur à Rennes, Nantes, Dijon. Il achève son parcours à Paris, comme censeur des études au lycée Condorcet [1871-1878].

Continuer la lecture de « Guiselin, Charles (1816-1880), des postes provinciaux au censorat du lycée Condorcet »

Rozey, Louis (1810-1848), un Normalien, simple professeur d’histoire à Poitiers

Une vie trop brève de trente-huit ans, une carrière provinciale sans relief qui le mène à l'agrégation d'histoire seulement à vingt-neuf ans, la publication d'un unique ouvrage scolaire dans sa propre discipline. Telle est la vie sans histoire d'un simple professeur d'histoire. Continuer la lecture de « Rozey, Louis (1810-1848), un Normalien, simple professeur d’histoire à Poitiers »

Cartelier, Auguste (1812-1855), un helléniste survivant grâce à une publication posthume

Ancien élève de l'École normale et agrégé des classes supérieures de lettres, sa brève carrière universitaire est minée par une maladie pulmonaire qui l'emporte à quarante trois ans. Il publie en grec l'Illiade d'Homère ; en latin une édition scolaire des œuvres d'Horace. On lui doit aussi une traduction d'un des discours d'Isocrate, publiée en 1862, sept ans après sa mort. Continuer la lecture de « Cartelier, Auguste (1812-1855), un helléniste survivant grâce à une publication posthume »

Rousseau, abbé Jean Denis (1765-1835), de la Théologie à l’Inspection d’académie

Comme beaucoup de religieux qui ont commencé à être enseignant sous l'Ancien régime, son statut de prêtre va favoriser sa carrière sous l'Université impériale, puis dans la longue période ouverte en 1815 par la Restauration. Jusqu'à assumer des postes d'autorité : proviseur à Bourges [1815] et à Lyon [1817], inspecteur d'académie à Caen [1827-1835].

Continuer la lecture de « Rousseau, abbé Jean Denis (1765-1835), de la Théologie à l’Inspection d’académie »

Chang’e sur la Lune

Le 3 janvier 2019, à 10 heures 26, heure de Pékin, un rover s'est posé sur la face cachée de la lune. Déjà, relayées par un satellite, des premières images ont été reçues. Le lettré, amateur de la civilisation chinoise, appréciera le nom attribué à ce véhicule, le quatrième du genre : Chang'e I, Chang'e II, Chang'e III, Chang'e IV.

Continuer la lecture de « Chang’e sur la Lune »

Bachelet, Théodore (1820-1879), professeur d’histoire et vulgarisateur

Prenant appui sur son statut de normalien et d'enseignant agrégé d'histoire, Théodore Bachelet participe au vaste mouvement de vulgarisation historique qui se développe autour des années 1850. Il fait ainsi parti de ce large groupe d'historiens ne refusant pas d'assurer, par leurs publications non-universitaires, la diffusion discrète des valeurs religieuses conformes à la vision dominante du  siècle. Continuer la lecture de « Bachelet, Théodore (1820-1879), professeur d’histoire et vulgarisateur »

Matter, Jacques (1791-1864). les missions d’un Inspecteur général des études

Figure du protestantisme français, Jacques Matter fut tout à la fois professeur, directeur, pasteur, inspecteur d'académie.  Inspecteur général des études [1832-1845], il en accomplit les différentes charges : tournées d'inspection des académies provinciales et des collèges parisiens, membre de jury d'agrégation, rédacteur d'un Manuel général. 

Continuer la lecture de « Matter, Jacques (1791-1864). les missions d’un Inspecteur général des études »

Reydellet, Jean François (1741-1817), premier censeur du Lycée de Marseille

Jean François Reydellet fait partie de ces religieux et enseignants formés dans le giron de l'ancienne Université, largement ré-employés par le Consulat [1799-1804] et l'Empire [1804-1814]. Ils sont investis dans des fonctions d'autorité [proviseurs, censeurs] s'exerçant parmi la trentaine de Lycées impériaux, se substituant aux Écoles centrales, et qui se mettent en place à partir de la fin de l'année 1802.

Continuer la lecture de « Reydellet, Jean François (1741-1817), premier censeur du Lycée de Marseille »

Wiesener, Louis (1817-1898), historien de l’Angleterre et professeur au lycée Louis-le-Grand

Double carrière que celle de Louis Wiesener [1817-1898]. Tout d'abord celle, classique, d'un « normalien », professeur d'histoire en province puis à Paris, jusqu'au prestigieux lycée Louis-le-Grand [1854-1871]. Ensuite, celle d'un historien, spécialiste des relations de la France et de l'Angleterre, dont les travaux lui vaudront en 1894, de la part de l'Académie française, la récompense d'un Prix Gobert.  Continuer la lecture de « Wiesener, Louis (1817-1898), historien de l’Angleterre et professeur au lycée Louis-le-Grand »

Répécaud, François Marie (1768-1838), le premier inspecteur d’académie de Besançon

Un opuscule d'édification religieuse, qui sent bon le spiritualisme triomphant ; son adhésion à la Société d'émulation du Jura, sont les modestes vestiges de son existence. Sa fonction d'inspecteur d'académie s'inscrit, changement de régime aidant, dans la logique de son appartenance première à la Congrégation de l'Oratoire.  Continuer la lecture de « Répécaud, François Marie (1768-1838), le premier inspecteur d’académie de Besançon »

Savy, Dominique Marie (1771-1842), du Supérieur à l’Excellence

Déjà entreprise par le Premier Empire et poursuivie par la Restauration, la politique de nomination des fonctionnaires d'autorité de l'Instruction publique est constante : privilégier les ancien émigrés, les prêtres, à tout le moins des anciens membres de la Congrégation des Doctrinaires rompus à la pratique de l'enseignement. D'où ce parcours malgré tout assez inattendu : un proviseur du lycée impérial de Toulouse qui termine sa carrière comme évêque d'Aire, dans les Landes.

Continuer la lecture de « Savy, Dominique Marie (1771-1842), du Supérieur à l’Excellence »

Damiron Philibert (1794-1862), funérailles, discours et personnalités

Presque cinquante ans de carrière universitaire conduisant au poste de professeur de philosophie à la Sorbonne, complétés par la reconnaissance de l'Institut, croisent nécessairement plusieurs cercles sociaux. Une sorte de dictionnaire des personnalités aidera à mieux comprendre les références du discours d'Émile Saisset [1814-1863], prononcé au nom de la Faculté des Lettres de Paris lors des obsèques de Philibert Damiron le 13 janvier 1862. 

Continuer la lecture de « Damiron Philibert (1794-1862), funérailles, discours et personnalités »

Mondelot, Stanislas (1792-1858), un universitaire enclin à la poésie historique et ténébreuse

C'est dans une carrière poétique, commencée à la quarantaine, que semble s'épanouir Stanislas Mondelot. Il multiplie la publication de plaquettes en province, puis à Paris. Dédiant ses alexandrins, parfumés de grec, aussi bien à Louis-Philippe, qu'à Victoria, reine d'Angleterre. Sans compter les recueils signés de simples initiales ou publiés sous des noms d'emprunts, échappant aujourd'hui à la sagacité des bibliothécaires.

Continuer la lecture de « Mondelot, Stanislas (1792-1858), un universitaire enclin à la poésie historique et ténébreuse »

Fradin, Charles Pierre (1769-1846), professeur, député, professeur de Droit romain

Acteur d'une période historique aux régimes politiques nettement contrastés, de la République à la Monarchie constitutionnelle, Charles Pierre Fradin poursuit une carrière universitaire fortement diversifiée. École centrale de département, Lycée, Faculté de Lettres et Faculté de Droit, reçoivent successivement, à Poitiers, sur plus de cinquante ans, ses enseignements d'histoire, de latin, et enfin de Droit romain. 

Continuer la lecture de « Fradin, Charles Pierre (1769-1846), professeur, député, professeur de Droit romain »

Mermet, Louis François Emmanuel (1763-1825), un abbé de concours

Disposée selon l'ordre chronologique, la bibliographie détaillée de Mermet, concernant ses vers et sa prose, témoigne, dans la période heurtée de la Révolution française, de la prudente variation de ses prises de position, au gré des changements successifs de régime politique : République ; Empire ; Restauration. De manière plus constante, on peut noter un certain goût pour les concours littéraires, ces concours ne fussent-ils pas toujours couronnés de succès …

Continuer la lecture de « Mermet, Louis François Emmanuel (1763-1825), un abbé de concours »

Suckau, Édouard de (1828-1867), normalien, philosophe et germaniste

Agrégé de philosophie [matière réduite à la logique en 1852] enseigne dans plusieurs lycées de province. Son doctorat ès-lettres [1857] lui permet de devenir professeur de littérature en Faculté [Aix, 1862-1867]. Mais sa contribution la plus importante concerne la littérature allemande, avec une traduction de la Dramaturgie de Hambourg de Gotthold Ephraim Lessing [1729-1781].

Continuer la lecture de « Suckau, Édouard de (1828-1867), normalien, philosophe et germaniste »

Delzons, Charles Octave (1817-1872). éditeur de Fénelon

Ancien élève de l'École normale, agrégé des lettres, professeur à Paris, à Louis-le-Grand, puis à Saint-Louis, Charles Octave Delzons, en plus de quelques travaux érudits, a attaché modestement son nom à deux éditions scolaires de l'archevêque, théologien et pédagogue François de Fénelon [1651-1715]. D'une part des Opuscules académiques, d'autre part les Dialogues sur l'Éloquence.

Continuer la lecture de « Delzons, Charles Octave (1817-1872). éditeur de Fénelon »

Pierron, Alexis (1814-1878), un helléniste au lycée Louis-le-Grand

Après avoir achevé sa carrière comme professeur de seconde à Louis-le-Grand, Alexis Pierron poursuit son travail de traduction et d'édition d'Homère, Eschyle, Virgile, Plutarque. Il est aussi le premier traducteur, du grec en français, des quatorze livres Μετὰ τὰ Φυσικά d'Aristote, réunis par Andronicos de Rhodes.

Continuer la lecture de « Pierron, Alexis (1814-1878), un helléniste au lycée Louis-le-Grand »

Cottard, Louis Magloire (1790-1871), de l’École normale au rectorat de Strasbourg

Profitant de sa position de recteur à Strasbourg, Louis Magloire Cottard consacre une grande partie de ses activités à l'instruction populaire. Notamment auprès des écoliers et écolières de culture isréalite par des ouvrages d'édification religieuse, des adaptations, des dictionnaires, des traductions, publiés à la fois en allemand et en français. 

Continuer la lecture de « Cottard, Louis Magloire (1790-1871), de l’École normale au rectorat de Strasbourg »

Appert, Claude (1774-1831), Proviseur du lycée impérial de Versailles

Affilié à la Franc-maçonnerie, et mal vu de la hiérarchie religieuse, Claude Appert [1774-1831] commence sa carrière universitaire comme maître d'études au Prytanée de Paris. Cette dernière est prolongée avec des fonctions d'autorité [censeur à Lyon, puis proviseur à Versailles], puis interrompue en 1812. Il se retire alors en province.

Continuer la lecture de « Appert, Claude (1774-1831), Proviseur du lycée impérial de Versailles »

Chopin, Jacques Dominique, De Facultate morali, thèse latine, 1818

La numérisation régulière des ouvrages conservés dans les bibliothèques publiques s’étend progressivement aux premières thèses soutenues dans les Facultés de Lettres. Certaines publications cependant échappent encore aux mailles du filet. D’autant que les exemplaires imprimés sont eux-mêmes parfois difficiles d’accès. C’est la cas  de la thèse latine de Jacques Dominique Chopin [1794-1857].

Continuer la lecture de « Chopin, Jacques Dominique, De Facultate morali, thèse latine, 1818 »

Villermé, un opuscule sur les Associations ouvrières, 1849

C’est le sort habituel des brochures bon marché, même tirées à un grand nombre d’exemplaires, de devenir au fil du temps des objets quasiment introuvables. Et pourtant à chaque fois de telles livraisons, examinées en détail, fournissent à l’amateur éclairé cent et une informations sur un moment de l’histoire.

Continuer la lecture de « Villermé, un opuscule sur les Associations ouvrières, 1849 »

Courtade, Marcel (1803-1873), un pyrénéen proviseur du lycée de Marseille

Déjà formé à l'enseignement par sa fonction de régent, puis de chargé de cours, Marcel Courtade, avec l'agrégation de philosophie réussie en 1834, voit s'ouvrir la position de professeur dans les collèges royaux [Douai, Toulouse]. Sa carrière se poursuit avec des fonctions d'autorité comme proviseur [Toulouse ; Marseille], et comme recteur [Gers ; Basses-Pyrénées ; académie de Grenoble].

Continuer la lecture de « Courtade, Marcel (1803-1873), un pyrénéen proviseur du lycée de Marseille »

Hippeau, Célestin (1803-1883) : l’oeuvre prolifique d’un professeur de la Faculté de Caen

Plusieurs approches sont possibles pour décrire la carrière et les publications de Célestin Hippeau, simple maître d'études qui se hisse à la position de professeur de Faculté. Plus que ses nombreuses éditions de la littérature du Moyen-Age, ce sont ses contributions à l'histoire de l'enseignement qui constituent l'originalité de sa contribution à l'histoire des idées.

Continuer la lecture de « Hippeau, Célestin (1803-1883) : l’oeuvre prolifique d’un professeur de la Faculté de Caen »

Matinée, Auguste (1829-1895), proviseur du lycée Corneille à Rouen

Du simple emploi de maître d'études au collège du Havre [1849] au provisorat du lycée Corneille à Rouen [1874], telle est en bref la carrière d'Auguste Matinée. Jalonnée par un doctorat ès-lettres [Rennes, 1864] et après l'enseignement de la philosophie plusieurs postes de censeur et de proviseur.

Continuer la lecture de « Matinée, Auguste (1829-1895), proviseur du lycée Corneille à Rouen »

Lechat, Julien, traducteur de la « Philosophie de l’Histoire » de Schlegel

Professeur de philosophie au collège de Nantes, Julien Lechat a laissé un nom dans l'histoire littéraire, en étant un des traducteurs en français du philosophe allemand Friedrich von Schlegel. Il fait ainsi partie du petit nombre de ceux qui acclimatent dans la culture française la pensée scientifique, romantique, littéraire, religieuse et catholique de Schlegel [1772-1829]. 

Continuer la lecture de « Lechat, Julien, traducteur de la « Philosophie de l’Histoire » de Schlegel »

Colincamp, Ferdinand (1821-1879), professeur de Littérature française à Douai

Ancien élève de l'École normale [1849], agrégé des classes supérieures de lettres [1843], docteur ès-lettres [1848], Ferdinand Colincamp accomplit le parcours exemplaire d'un universitaire français du XIXe siècle. Ainsi, après divers postes de professeur en seconde et en rhétorique [classe de première], à Douai et à Dijon, devient-il le premier titulaire, pendant vingt-cinq ans, de la chaire de Littérature française, à la Faculté des Lettres de Douai, nouvellement rétablie en 1854.  

Continuer la lecture de « Colincamp, Ferdinand (1821-1879), professeur de Littérature française à Douai »

Gérard, Jules (1839-1898), professeur de philosophie et recteur d’académie

Le parcours de Jules Gérard est celui, presque classique, d'un ancien élève de l'École normale supérieure [1858] : après l'agrégation des lettres [1861] et l'agrégation de philosophie [1865], puis le doctorat [1876] devient professeur de Faculté [Besançon , puis Nancy].Enfin, est promu à une fonction d'autorité en étant nommé recteur de l'académie de Grenoble [1882-1890], puis de Montpellier [1890-1898]. Continuer la lecture de « Gérard, Jules (1839-1898), professeur de philosophie et recteur d’académie »

Génisset, François Joseph (1769-1837), doyen de la Faculté des Lettres de Besançon

Tenté un temps, au moment de la Révolution française, par la vie politique, mais bousculé par ses aléas, François Joseph Génisset s'oriente finalement vers la vie plus stable de professeur. Tour à tour enseignant de latin, de rhétorique, au lycée, il devient professeur de Littérature latine à la Faculté des Lettres de Besançon, et en est nommé doyen, en 1834.

Continuer la lecture de « Génisset, François Joseph (1769-1837), doyen de la Faculté des Lettres de Besançon »

Cendrillon, ou la petite pantoufle de verre, images d’Epinal

Pendant tout le dix-neuvième siècle la ville d’Épinal, dans les Vosges, est le lieu de production de « L’Imagerie d’Épinal ». Imagerie populaire, avec des sujets religieux, des évènements historiques, des faits-divers, des récits légendaires et des contes féérique. Dans les années 1850 l’usage de la pierre lithographique, remplaçant la gravure sur bois, fait passer l’imagerie d’un stade artisanal à une phase industrielle avec des tirages en plus grand nombre. 

Continuer la lecture de « Cendrillon, ou la petite pantoufle de verre, images d’Epinal »

Forneron, Bernard, proviseur à Paris, du lycée Condorcet

Un parcours classique des études : École normale [1818] ; agrégation des lettres [1821]. Un large éventail de postes d'autorité, d'abord en province, puis à Paris : simple régent de collège ; censeur des études ; proviseur ; inspecteur d'académie, recteur. Jusqu'aux postes prestigieux [1853-1865] de proviseur de lycées parisiens, à Louis-le-Grand puis Condorcet, nominations qui couronnent une carrière.

Continuer la lecture de « Forneron, Bernard, proviseur à Paris, du lycée Condorcet »

Lyon, le Lycée Ampère, premiers administrateurs et premiers professeurs

C'est dans le cadre de la loi générale sur l'Instruction publique, du 1er mai 1802, que sont pris successivement, à partir d'octobre 1802, plusieurs arrêtés de Bonaparte,  Premier Consul, ordonnant l'établissement des lycées, dans une quarantaine de villes des territoires français et occupés.

Continuer la lecture de « Lyon, le Lycée Ampère, premiers administrateurs et premiers professeurs »

Bordeaux, création du Lycée, 1802, les premiers professeurs

C'est dans la cadre de la loi générale sur l'Instruction publique, du 1er mai 1802, que sont pris successivement, à partir d'octobre 1802, plusieurs arrêtés de Napoléon,  Premier Consul, ordonnant l'établissement des lycées, dans une quarantaine de villes des territoires français et occupés.

Continuer la lecture de « Bordeaux, création du Lycée, 1802, les premiers professeurs »

Jeannel, Charles Julien (1840-1876), professeur de Littérature étrangère

Le hasard des nominations font que Charles Julien Jeannel, jeune professeur de trente-six ans, est finalement nommé à la Faculté des Lettres de Montpellier, chargé du cours de Littérature étrangère, en 1874 ; alors que son père [Louis] Charles Jeannel y a été jusqu'en 1874, depuis plus de quinze ans, professeur titulaire de la chaire de Philosophie.

Continuer la lecture de « Jeannel, Charles Julien (1840-1876), professeur de Littérature étrangère »

Demogeot, Jacques, professeur d’Éloquence française

Ce professeur à la Faculté des Lettres de Paris a tous les talents. Traducteur, éditeur de lettres anciennes, conférencier aussi bien en français qu'en anglais, homme de lettres, écrivain, auteur de théâtre, poète, Jacques Demogeot est aussi l'auteur d'une « Histoire de la littérature française depuis ses origines », qui connaît jusqu'en 1933, plus de vingt éditions.

Continuer la lecture de « Demogeot, Jacques, professeur d’Éloquence française »

Sudre Alfred, un auteur classique de l’anticommunisme

L'essayiste français Alfred Sudre (1820-1902) publie en novembre 1848, quelques mois après la Révolution de février et de juin, une Histoire du communisme ou réfutation historique des utopies socialistes. Il s’inscrit ainsi dans le mouvement de l’idéologie dominante de l’époque qui éprouve l’urgent besoin, après avoir écrasé dans le sang les participants aux Journées de Juin 1848, de proposer, au titre de justification, des "réfutations" du communisme, présenté comme une menace permanente contre l'ordre social.

Continuer la lecture de « Sudre Alfred, un auteur classique de l’anticommunisme »

Chalret, abbé Jean Jacques Marie Joseph (vers 1750-1820), proviseur du lycée de Bordeaux

Après la suppression des congrégations religieuses séculières, en 1792, beaucoup de prêtres de la Congrégation de la Doctrine chrétienne, tout au moins pour ceux qui ont prêté serment à la Constitution civile du clergé, retrouvent un emploi comme enseignant dans les Écoles centrales, puis dans les lycées impériaux. Et obtiennent même sous l'Empire, en fin de carrière, des postes d'autorité, comme celui de Proviseur de lycée.   Continuer la lecture de « Chalret, abbé Jean Jacques Marie Joseph (vers 1750-1820), proviseur du lycée de Bordeaux »

Sauveroche, Louis Léonce, proviseur du lycée Henri-IV à Paris

Titulaire d'une licence d'enseignement, Louis Léonce Sauveroche [1803-1858] passe d'un simple statut d'enseignant [répétiteur, régent] à celui d'un fonctionnaire d'autorité. Principal de collège en province, puis recteur départemental, il devient moins de dix ans plus tard, à cinquante-trois ans, proviseur d'un des lycées les plus prestigieux de la capitale. 

Continuer la lecture de « Sauveroche, Louis Léonce, proviseur du lycée Henri-IV à Paris »

Victor Cousin, défenseur de l’École normale, à la Chambre des Pairs

Dès octobre 1836, Victor Cousin, dans le rapport sur l'École normale, qu'il prononce devant François Guizot, à nouveau ministre de l'Instruction publique, appelle de ses vœux de nouveaux bâtiments pour l'École, vœux déjà approuvés par le Conseil royal de l'Instruction publique. Quatre ans plus tard, en janvier 1841, les crédits sont votés par la Chambre des députés et, en mars 1841, par la Chambre des Pairs.

Continuer la lecture de « Victor Cousin, défenseur de l’École normale, à la Chambre des Pairs »

Loudierre, Jules (1802-1880) un lettré tout entier dévoué à l’enseignement

Célébré par Charles-Augustin Sainte-Beuve, l'un des rares à le tutoyer, ce professeur, enseignant le grec et le latin pendant vingt-deux ans, dans la classe de rhétorique du collège royal de Saint-Louis, à Paris, n'a jamais rien écrit, si ce n'est un discours latin pour une distribution des prix. Pourtant, sa vie porte bien témoignage de l'histoire de l'enseignement dans la première moitié du XIXème siècle.

Continuer la lecture de « Loudierre, Jules (1802-1880) un lettré tout entier dévoué à l’enseignement »

Ménétrel, Pierre Auguste (1812-1899), de l’École normale à l’inspection d’académie à Bordeaux

Sa position d'ancien élève de l'École normale lui permet de quitter assez rapidement le simple statut de régent pour celui de chargé de cours de philosophie dans un collège royal. Mais sa santé fragile, sa licence tardive, son échec à l'agrégation, l'absence de publications ne permettent pas le déploiement de sa carrière. Celle-ci culmine, à plus de cinquante ans, comme simple inspecteur d'académie.

Continuer la lecture de « Ménétrel, Pierre Auguste (1812-1899), de l’École normale à l’inspection d’académie à Bordeaux »

Eymar, André Alexandre : Aix-en-Provence, son premier recteur et ses inspecteurs d’académie

André Alexandre d'Eymar est l'un des trente-deux recteurs nommés à la tête des académies, dans le cadre de l'Université impériale fondée par la loi du 10 mai 1806, mise en œuvre en mars et septembre 1808. Déjà d'un âge mûr, comme l'ensemble de ses confrères [il a 54 ans l'année de sa nomination] son attache familiale avec la noblesse, son prestige d'enseignant, son passé d'homme d'ordre témoignent en sa faveur pour une fonction d'autorité qu'il assume pleinement dans l'Académie universitaire d'Aix-en-Provence pendant près de treize ans.

Continuer la lecture de « Eymar, André Alexandre : Aix-en-Provence, son premier recteur et ses inspecteurs d’académie »

Mauger, Georges Gabriel (1774-1861), professeur de philosophie au collège Henri-IV

La création de nouvelles institutions, dans la cadre de l'Université napoléonienne fondée par la loi du 10 mai 1806, crée des centaines d'emplois. Pour les premières nominations une recommandation auprès du Grand-Maître, Louis de Fontanes, peut jouer un rôle décisif. Tel est le cas pour Georges Gabriel Mauger, qui, officier de génie à l'origine, deviendra maître de conférences à l'École normale, enseignant de philosophie au collège Henri-IV, puis finalement inspecteur de l'académie de Paris.

Continuer la lecture de « Mauger, Georges Gabriel (1774-1861), professeur de philosophie au collège Henri-IV »