Stendhal, Beyle, sa stèle et son tombeau

A plusieurs reprises, et avec quelques variantes, Stendhal griffonne le texte de l’épitaphe, qu’il imagine convenir à son tombeau. Déjà en 1821 [il n’a que trente-huit ans], il met en page ces mots rédigés en italien : « Errico Beyle Milanese, Visse, Scrisse, Amo. Quest’anima adorava Cimaroza, Mozart, è Shakespeare. Mori de anni il… 18.. ».

Continuer la lecture de « Stendhal, Beyle, sa stèle et son tombeau »

Chang’e sur la Lune

Le 3 janvier 2019, à 10 heures 26, heure de Pékin, un rover s'est posé sur la face cachée de la lune. Déjà, relayées par un satellite, des premières images ont été reçues. Le lettré, amateur de la civilisation chinoise, appréciera le nom attribué à ce véhicule, le quatrième du genre : Chang'e I, Chang'e II, Chang'e III, Chang'e IV.

Continuer la lecture de « Chang’e sur la Lune »

Paris, 4 de la rue Monsieur-le-Prince

Dans le sixième arrondissement de Paris, dans l’axe de la petite rue Dupuytren, on aperçoit de loin l’entrée monumentale d’un immeuble de trois étages. En s’approchant on peut admirer sa porte à double vantaux égaux, de plus de cinq mètres de haut, avec son  encadrement en pierre qui s’élève jusqu’à la base du deuxième étage.

Continuer la lecture de « Paris, 4 de la rue Monsieur-le-Prince »

Cavras, Basile (1862-1912), un photographe parisien oublié

Établi au 90 rue Vieille-du-Temple, puis au 64 de la rue de Rivoli, à la fin du XIXe siècle, Basile Cavras est le type même du photographe «boutiquier» travaillant à façon pour une clientèle de la petite bourgeoise désirant se faire tirer le portrait.On rassemble ici quelques éléments épars qui témoignent de son itinéraire et de son travail.

Continuer la lecture de « Cavras, Basile (1862-1912), un photographe parisien oublié »