Sicard, Roch Ambroise (1742-1822), membre de l’Institut

L’élection du 24 juin 1801, réintègre l’abbé Roch Ambroise Sicard [1742-1822] dans la Classe de Littérature et Beaux-Arts de l’Institut National des Sciences et des Arts. Il avait déjà été nommé le 20 novembre 1795, comme membre de l’Institut national, dans la troisième classe [Littérature et Beaux-arts] section de Grammaire.

Continuer la lecture de « Sicard, Roch Ambroise (1742-1822), membre de l’Institut »

Magnin, Charles (1793-1862), bibliothécaire, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

C’est à la protection du conservateur de la Bibliothèque impériale de l’époque, familier d’un de ses oncles, que Charles Magnin doit l’entrée dans la carrière, qui le fera passer, à la sortie du lycée, de simple « Aide aux Imprimés » [1813] à la position de « Conservateur » du Département des Imprimés [1832] de ce qu’aujourd’hui on appelle la BnF [Bibliothèque Nationale de France]. Continuer la lecture de « Magnin, Charles (1793-1862), bibliothécaire, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres »

Mermet, Louis François Emmanuel (1763-1825), un abbé de concours

Disposée selon l'ordre chronologique, la bibliographie détaillée de Mermet, concernant ses vers et sa prose, témoigne, dans la période heurtée de la Révolution française, de la prudente variation de ses prises de position, au gré des changements successifs de régime politique : République ; Empire ; Restauration. De manière plus constante, on peut noter un certain goût pour les concours littéraires, ces concours ne fussent-ils pas toujours couronnés de succès …

Continuer la lecture de « Mermet, Louis François Emmanuel (1763-1825), un abbé de concours »

Sudre Alfred, un auteur classique de l’anticommunisme

L'essayiste français Alfred Sudre (1820-1902) publie en novembre 1848, quelques mois après la Révolution de février et de juin, une Histoire du communisme ou réfutation historique des utopies socialistes. Il s’inscrit ainsi dans le mouvement de l’idéologie dominante de l’époque qui éprouve l’urgent besoin, après avoir écrasé dans le sang les participants aux Journées de Juin 1848, de proposer, au titre de justification, des "réfutations" du communisme, présenté comme une menace permanente contre l'ordre social.

Continuer la lecture de « Sudre Alfred, un auteur classique de l’anticommunisme »

Comité ecclésiastique de l’Assemblée nationale Constituante, 1789-1791

Les Comités de la Constituante, formés selon les cas de quatre à soixante-quatre membres, sont chargés, par l'intermédiaire de rapports et de projets de décret, de préparer, chacun selon leur domaine de compétence, les délibérations et les votes de l'Assemblée. Pour le Comité ecclésiastique, une grande partie de son travail porte sur l'élaboration du texte d'une Constitution civile du Clergé. Continuer la lecture de « Comité ecclésiastique de l’Assemblée nationale Constituante, 1789-1791 »

Aubertin, Charles (1825-1908), professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Dijon

Normalien [1845], agrégé des lettres [1848], docteur-ès-lettres [1857], enseignant, puis recteur de l'académie de Clermont [1873-1874], et de Poitiers [1874-1879], reprend et achève sa carrière comme professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Dijon. Continuer la lecture de « Aubertin, Charles (1825-1908), professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Dijon »

Binet, René (1732-1812), premier proviseur du lycée Condorcet

Avec la biographie de René Binet, on prend connaissance de la structure et de l'enseignement des Écoles centrales des départements [1796-1802]. Ce recteur de l'ancienne Université y est, à Paris, professeur de Langues anciennes à l'École centrale du Panthéon. Sa carrière le conduit à devenir [1804] le premier proviseur du lycée Bonaparte (Condorcet). Continuer la lecture de « Binet, René (1732-1812), premier proviseur du lycée Condorcet »

Professeurs d’Écoles centrales et Associés non-résidants de l’Institut national, 1796

De février à mars 1796, cent quarante-quatre personnalités, demeurant hors de Paris, sont élues associés non-résidants de l'Institut national des Sciences et des Arts.  Vingt-trois d'entre elles sont professeurs dans une des Écoles centrales des départements.  Continuer la lecture de « Professeurs d’Écoles centrales et Associés non-résidants de l’Institut national, 1796 »

Joguet, Vincent Louis (1815-1874), le provisorat de Saint-Louis, ou le couronnement d’une vie

Après un début dans le journalisme et la fréquentation des milieux saint-simoniens, V. L. Joguet quitte l'enseignement pour occuper des fonctions administratives d'autorité. La lente succession des postes en province lui permet d'atteindre Paris.

Le provisorat de Saint-Louis, de 1868 à 1874, déjà réputé pour ses enseignements scientifiques, constitue l'achèvement de sa carrière.

Continuer la lecture de « Joguet, Vincent Louis (1815-1874), le provisorat de Saint-Louis, ou le couronnement d’une vie »

Guéroult, P. C. B. (1744-1821), du professorat d’Éloquence à la direction de l’École normale

C'est l'histoire d'un intellectuel, Pierre Claude Bernard Guéroult, dont la carrière est déjà accomplie dans la carrière des lettres, ayant déjà la cinquantaine lorsqu'il participe aux évènements de la Révolution française. Et qui devient à près de soixante-dix ans, le premier directeur de l'École normale, installée tout d'abord dans les combles des locaux de la Faculté des Lettres de Paris, c’est à dire dans l’ancien collège Du Plessis. Continuer la lecture de « Guéroult, P. C. B. (1744-1821), du professorat d’Éloquence à la direction de l’École normale »

Boudhors, Charles Henri (1862-1933). Professeur de lettres au lycée Henri-IV

Plus de trente ans professeur de lettres, à Paris, au lycée Henri-IV, Charles Henri Boudhors est d'une famille de normaliens de la rue d'Ulm. Après une carrière classique où il occupe des premiers postes en province, il est, comme son père nommé à Paris. Son nom reste attaché à l'édition savante des Oeuvres complètes du chevalier de Méré et à celle, en sept volumes, de Nicolas Boileau. Continuer la lecture de « Boudhors, Charles Henri (1862-1933). Professeur de lettres au lycée Henri-IV »

Thibault, Nicolas (1769-1830), de l’enseignement du latin à l’Inspection générale des études

Passant, semble-t'il sans difficulté apparente, du régime napoléonien à la Restauration, la carrière universitaire de l'abbé Thibault est une réussite. Prêtre, prêtre défroqué, prêtre à nouveau, il parcourt, dans le domaine de l'enseignement, toutes les étapes des fonctions d'autorité jusqu'à devenir, à la veille de la Révolution de Juillet, Inspecteur général des études. Continuer la lecture de « Thibault, Nicolas (1769-1830), de l’enseignement du latin à l’Inspection générale des études »

Roman, Jacques (1744-1823), de l’Oratoire à l’Inspection générale de l’Université

Fidèle à la vocation de la Confédération de l'Oratoire, Jacques Roman se consacre à l'enseignement, tout à la fois comme professeur et comme supérieur de collèges dépendants de l'Ordre. Mais la dissolution des congrégations religieuses séculières en 1792, puis l'émigration en Italie viennent tout bouleverser. Une nouvelle carrière, conduisant au sommet, va s'ouvrir. Continuer la lecture de « Roman, Jacques (1744-1823), de l’Oratoire à l’Inspection générale de l’Université »

Le premier Conseil royal de l’Instruction publique : 17 février-20 mars 1815

L'Empire napoléonien, avec la loi du 10 mai 1806, et le décret du 17 mars 1808, a mis en place, en France, un « système » universitaire, centralisé, vaste et cohérent. Louis XVIII, revenu d'Angleterre, est amené, au cours de la première Restauration, à garder les grandes lignes de l'organisation antérieure. Continuer la lecture de « Le premier Conseil royal de l’Instruction publique : 17 février-20 mars 1815 »

Augustin François Germé (1745-1824), de l’École centrale au rectorat de Rennes

La Révolution française, avec le Directoire, puis l'Université napoléonienne ont créé un "système" universitaire dépendant de l'État centralisé, imbriquant structures enseignantes (Écoles centrales, Lycées, Facultés) et administratives (Recteurs et Inspecteurs d'académie). C'est dans ce cadre que se déploie la carrière de près de mille cinq cents personnalités. Augustin François Germé, tour à tour professeur de Belles-lettres, recteur, professeur de Faculté, doyen, est l'une d'entre elles. Continuer la lecture de « Augustin François Germé (1745-1824), de l’École centrale au rectorat de Rennes »

Alhoy, Louis François Joseph (1760-1826), administrateur et poète des hôpitaux

Destiné à l'enseignement, Louis François Joseph Alhoy, au moment de la Révolution française, voit momentanément sa carrière, comme pour beaucoup, s'orienter différemment. Son nom reste attaché, avec ses "Promenades poétiques dans les hospices et les hôpitaux de Paris [1826]" , à une œuvre plus didactique que littéraire. Continuer la lecture de « Alhoy, Louis François Joseph (1760-1826), administrateur et poète des hôpitaux »

Diez, Charles Nicolas Denis (1826-1872), traducteur des Odes du poète allemand Klopstock

Déjà maître d'études, Charles Nicolas Denis Diez fait partie des six professeurs reçus à l'agrégation d'allemand ayant lieu pour la première fois en 1849 et devient ainsi professeur de lycée. Le doctorat ès-lettres, passé en 1859, lui permet d'enseigner en Faculté : il est nommé professeur de Littérature étrangère à Besançon [1864-1865], puis à Dijon [1872]. Continuer la lecture de « Diez, Charles Nicolas Denis (1826-1872), traducteur des Odes du poète allemand Klopstock »

Rabillon, Étienne Vital (1769-1840), professeur et inspecteur d’académie à Rennes

Successivement enseignant d'École centrale [1796], de Lycée [1803], puis de Faculté [1810], en tant que professeur de Littérature grecque et latine, Étienne Vital Rabillon, après 1815, poursuit et achève sa carrière dans la fonction administrative d'inspecteur d'académie. Continuer la lecture de « Rabillon, Étienne Vital (1769-1840), professeur et inspecteur d’académie à Rennes »

Sicard, Roch Ambroise (1742-1822), un philanthrope, de l’Institut national à l’Académie française

L'abbé Sicard a cinquante trois ans lorsqu'il est nommé, en novembre 1795, membre de l'Institut national, dans la section de Grammaire de la Classe de Littérature et Beaux-arts [troisième Classe]. Continuateur de l'abbé de L'Épée à l'Institution nationale des sourds-muets [1790], enseignant de grammaire à l'École normale [1795], il est l'auteur d'Éléments de grammaire générale appliquée à la Langue française [an VIII-1799*].
Continuer la lecture de « Sicard, Roch Ambroise (1742-1822), un philanthrope, de l’Institut national à l’Académie française »

Hallberg, Louis Eugène (1839-1921), professeur de Littérature étrangère à Toulouse

Ancien élève de l'École normale supérieure [1858], agrégé des lettres [1861], docteur ès-lettres [1869], Louis Eugène Hallberg, après quelques années d'enseignement secondaire [1861-1872] devient [Dijon, 1872 ; Toulouse, 1878] l'un des quinze professeurs de Littérature étrangère des Facultés des Lettres. Continuer la lecture de « Hallberg, Louis Eugène (1839-1921), professeur de Littérature étrangère à Toulouse »

Lesieur, Augustin Henri (1800-1875), inspecteur général honoraire de l’enseignement supérieur

Ancien élève de l'École normale [1819], la suppression de l'établissement en 1822 conduit Augustin Henri Lesieur à devenir bibliothécaire, puis à partir de 1837, à mener une carrière administrative dans les bureaux de l'Instruction publique.  En même temps, après quelques éditions savantes, collabore à l'aventure de Louis Hachette, un autre normalien, parti à la conquête du marché éditorial de l'enseignement primaire. Continuer la lecture de « Lesieur, Augustin Henri (1800-1875), inspecteur général honoraire de l’enseignement supérieur »

Mougin, Abbé Jean Charles (1786-1851), recteur de l’académie de Bourges.

Sept ans recteur de l'académie de Bourges, l'abbé Jean Charles Mougin doit sa nomination en novembre 1823, à la mainmise progressive des cléricaux sur l'enseignement public, engagée au lendemain de la Restauration, et mise en oeuvre par Mgr Denis Frayssinous [1765-1841], devenu le 1er juin 1822 Grand-Maître de l'Université.  Et sa mise à la retraite en septembre 1830, au mouvement inverse engagé par les tenants de l'Orléanisme, venus au pouvoir après la Révolution de Juillet. Continuer la lecture de « Mougin, Abbé Jean Charles (1786-1851), recteur de l’académie de Bourges. »

Rigault, Hippolyte (1821-1858), professeur de rhétorique à Louis-le-Grand

Ancien élève de l'École normale [1841], agrégé des lettres [1844], docteur ès-lettres [1856] Hippolyte Rigault a une vie trop brève, il meurt dans sa trente-septième année, pour que sa carrière enseignante s'épanouisse totalement en devenant professeur d'Université ou professeur du collège de France. Son nom reste associé à l'Étude des poésies lyriques d'Horace.
Continuer la lecture de « Rigault, Hippolyte (1821-1858), professeur de rhétorique à Louis-le-Grand »

Rigault, Hippolyte (1821-1858), professeur de rhétorique à Louis-le-Grand

Ancien élève de l'École normale [1841], agrégé des lettres [1844], docteur ès-lettres [1856] Hippolyte Rigault a une vie trop brève, il meurt dans sa trente-septième année, pour que sa carrière enseignante s'épanouisse totalement en devenant professeur d'Université ou professeur du collège de France. Son nom reste associé à l'Étude des poésies lyriques d'Horace.
Continuer la lecture de « Rigault, Hippolyte (1821-1858), professeur de rhétorique à Louis-le-Grand »

Boucley, Charles (1791-1877), un normalien, enseignant et recteur, d’opinion libérale

Ancien élève de l'École normale [1810-1812], Charles Boucley suit une carrière classique d'enseignant, puis après une brève nomination comme inspecteur d'académie à Besançon, occupe le poste de recteur de l'académie de Cahors [1835-1839], puis de l'académie de Pau [1839-1848].
Continuer la lecture de « Boucley, Charles (1791-1877), un normalien, enseignant et recteur, d’opinion libérale »

Taïée, Charles (1803-1889), une carrière d’inspecteur d’académie

Les inspecteurs d'académie sont chargés de la visite et de l'inspection des écoles de leurs arrondissements, spécialement des collèges, des institutions, des pensions et des écoles primaires. Les nominations portent le plus souvent sur des enseignants, qui ont déjà exercé une fonction d'autorité : censeur, proviseur. La carrière de Charles Taïée suit ce schéma classique.
Continuer la lecture de « Taïée, Charles (1803-1889), une carrière d’inspecteur d’académie »

Joubert, Joseph (1754-1824). Inspecteur général de l’Université

Inspecteur général de l’Université pendant plus de sept ans [1808-1815], Joseph Joubert a rempli des fonctions administratives qui font incontestablement de lui un homme d’action. Mais la postérité a plutôt mis en avant l’image d’un penseur mêlant l’élégance de l'homme de salon du XVIII ème siècle finissant, et l’attirance pour l’introspection rêveuse propre aux romantiques à l'aube du XIXème siècle. Continuer la lecture de « Joubert, Joseph (1754-1824). Inspecteur général de l’Université »

Chon, François (1812-1898). Professeur d’histoire à Lille

C'est le cas assez rare, dans l'histoire de l'instruction, d'un ancien élève de l'École normale [1832], agrégé d'histoire, qui n'exerce son enseignement, pendant toute sa vie, que dans un seul poste : au collège municipal, puis royal, collège national, lycée impérial et lycée de Lille. Et, pendant près de quarante ans, membre résidant de la Société des Sciences, de l'agriculture et des arts de Lille. Continuer la lecture de « Chon, François (1812-1898). Professeur d’histoire à Lille »

Les premiers Inspecteurs généraux de l’Instruction publique, 1802

C'est dans le cadre de l'Université napoléonienne que sont nommés en 1802 les trois premiers Inspecteurs généraux de l'Instruction publique. La même année voit la nomination de trois Commissaires pour la formation des lycées. C'est le point de départ de la création d'un corps, qui perdure dans l'histoire de l'Éducation nationale avec aujourd'hui un peu plus de cent cinquante personnes.
Continuer la lecture de « Les premiers Inspecteurs généraux de l’Instruction publique, 1802 »

Renaud, Pierre (1748-1829), inspecteur de l’académie de Dijon

Mathématicien de formation, Pierre Renaud fait partie de la quarantaine des premiers inspecteurs d'académie, nommés à chaque fois par deux, en 1808, comme collaborateurs des recteurs d'académie, nouvellement créés.Sa carrière suit celle de Pierre Jacotot [1756-1821], professeur, proviseur et recteur de l'académie de Dijon. Continuer la lecture de « Renaud, Pierre (1748-1829), inspecteur de l’académie de Dijon »

Bertereau, Adolphe (1812-1879). Doyen de la Faculté des Lettres de Poitiers

Lauréat du Concours général pour la philosophie, ancien élève de l’École normale [1831-1834], agrégé de philosophie [1835], Adolphe Bertereau suit un parcours classique d’enseignant. Son accès dans l’enseignement supérieur est facilité par le rétablissement de plusieurs Facultés de lettres après 1830. Continuer la lecture de « Bertereau, Adolphe (1812-1879). Doyen de la Faculté des Lettres de Poitiers »

Willm, Joseph (1792-1853), éducateur, enseignant, historien de la philosophie allemande

Aide-instituteur, auteur de livres scolaires, inspecteur d'académie à Strasbourg pendant près de vingt ans, Joseph Willm développe également une activité d'historien de la philosophie. Directeur de la nouvelle Revue Germanique [1829-1837] devient un spécialiste de Hegel et de l'Histoire de la philosophie allemande [1846-1849]. Continuer la lecture de « Willm, Joseph (1792-1853), éducateur, enseignant, historien de la philosophie allemande »

Berthot, Nicolas (1776-1849), polytechnicien, recteur de l’académie de Dijon

Ce sont ses convictions religieuses et royalistes nettement déclarées qui permettent à Nicolas Berthot, professeur de Mathématiques à la Faculté des Sciences de Dijon, d'être nommé, au lendemain de la seconde Restauration, le second recteur de l'académie de Dijon. Se maintenant au travers de toutes les fluctuations politiques, il va rester en poste pendant plus de trente ans. Continuer la lecture de « Berthot, Nicolas (1776-1849), polytechnicien, recteur de l’académie de Dijon »

Thuillier, Bernardin Aimé (1801-1841), Professeur de philosophie et recteur

Agrégé des lettres [1824], Bernardin Aimé Thuillier après une carrière consacrée à l'enseignement de l'histoire, puis de la philosophie dans des collèges de plein exercice [Rollin ; Stanislas] enseigne dans deux collèges royaux [Saint-Louis ; Louis-le-Grand]. Recteur de l'académie de Toulouse [septembre 1835-octobre 1841], il y décède en fonction. Continuer la lecture de « Thuillier, Bernardin Aimé (1801-1841), Professeur de philosophie et recteur »

Taillefer, abbé Louis Gabriel (1767-1852), inspecteur de l’académie de Paris, pendant vingt-cinq ans

L'abbé Louis Gabriel Taillefer, pédagogue et traducteur. Censeur à Charlemagne, puis proviseur à Versailles, est proviseur à Louis-le-Grand pendant les Cents-Jours et les premières années de la Restauration. En 1819, il est nommé un des inspecteurs de l'académie de Paris et reste en poste jusqu'à sa retraite en 1843. Continuer la lecture de « Taillefer, abbé Louis Gabriel (1767-1852), inspecteur de l’académie de Paris, pendant vingt-cinq ans »

Éliçagaray, abbé Dominique (1758-1822), recteur de l’académie de Pau (1809-1816)

Ancien émigré pendant la Révolution française, ses convictions monarchiques fortement affirmées dès la première Restauration, permettent à l'abbé Dominique Éliçagaray d'être nommé l'un des cinq membres de la Commission royale de l'Instruction publique [mai 1816]. Continuer la lecture de « Éliçagaray, abbé Dominique (1758-1822), recteur de l’académie de Pau (1809-1816) »

Les recteurs d’académie autour de 1848

On trouvera, dans cet article, pour la France, un ensemble de données concernant le personnel et le découpage universitaire en rectorats dans la période qui va de 1848 à 1850. Période intermédiaire, suivant quarante ans de relative stabilité et précédant la mise en place, vouée finalement à l'échec, pendant un peu plus de trois ans, des rectorats départementaux. Continuer la lecture de « Les recteurs d’académie autour de 1848 »

Glachant, Charles (1826-1889). Inspecteur général de l’enseignement secondaire

C’est une belle carrière pour un normalien de la rue d’Ulm [1845], agrégé des lettres au sortir de l’École. D’abord professeur en province, puis à Paris ; ensuite chef de cabinet de Victor Duruy, dont il est le gendre, et enfin Inspecteur général, pour l’enseignement secondaire [1866-1889]. Continuer la lecture de « Glachant, Charles (1826-1889). Inspecteur général de l’enseignement secondaire »

Fèvre, Victor (1816-1860), de l’École normale à la chaire de Littérature étrangère à Dijon

C'est, pour Victor Fèvre, ancien élève de l'École normale [1837], reçu dans un bon rang, un parcours classique : agrégation [1839], enseignement en province [1839-1853], puis nomination comme inspecteur [1853]. Son doctorat ès-lettres [1858], lui ouvre la possibilité de poursuivre sa carrière. Mais, nommé professeur de Littérature étrangère à la Faculté des Lettres de Dijon, la maladie, puis son décès, l'empêchent d'enseigner.
Continuer la lecture de « Fèvre, Victor (1816-1860), de l’École normale à la chaire de Littérature étrangère à Dijon »

Édom, Jacques (1797-1870), de l’École normale au rectorat

Après son entrée à l'École normale [1816], Jacques Édom enseigne pendant trois ans au collège royal de Caen. Puis pendant près de quarante ans, jusqu'en 1854, assume des fonctions administratives : successivement censeur, proviseur, inspecteur d'académie, recteur à plusieurs reprises.En même temps signe plusieurs ouvrages de géographie, et d'histoire religieuse à l'usage des écoles. Continuer la lecture de « Édom, Jacques (1797-1870), de l’École normale au rectorat »

Anot, Auguste (1794-1879), professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Poitiers

Auguste Anot fait partie de cette génération de normaliens qui forment la cohorte des premiers enseignants des Facultés des Lettres, reconstituées par ordonnance royale : Bordeaux, Lyon, Montpellier, Rennes, en 1838 ; Poitiers, en 1845 ; Aix, en 1846.  Il enseigne la Littérature française à la Faculté des Lettres de Poitiers pendant dix-huit ans. Continuer la lecture de « Anot, Auguste (1794-1879), professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Poitiers »

Chambry, premier censeur du lycée Louis-le-Grand

Jean Louis Théodore Chambry (1756-1832) est le premier censeur des études du futur Lycée impérial [aujourd'hui lycée Louis-le-Grand], alors que Jean François Champagne (1756-1832) en est le premier proviseur. Il parcourt toutes les étapes des fonctions administratives : censeur ; puis proviseur, en province, et en fin de carrière, à Paris. 

Continuer la lecture de « Chambry, premier censeur du lycée Louis-le-Grand »

Cayx, Charles (1793-1858), vice-recteur de l’Académie de Paris

Ancien élève de l'École normale [1812] Charles Cayx mène d'abord une carrière d'historien au moment où se créent, avec une dizaine de jeunes professeurs, les premières chaires d'histoire dans les collèges royaux [1818]. Puis il assume d'importantes responsabilités administratives jusqu'à devenir, directement auprès d'Hippolyte Fortoul, alors ministre de l'Instruction publique et des Cultes, Vice-recteur de l'Académie de Paris [1854-1858]. Continuer la lecture de « Cayx, Charles (1793-1858), vice-recteur de l’Académie de Paris »