Guyau, J’apprends à écrire, 1902

{mosimage}Du philosophe français Jean Marie Guyau (1854-1888) paraît en 1893 sa « Méthode Guyau. Lecture par l’écriture » (Paris, A. Colin. trois cahiers in-4, 1893). Le premier cahier  : J’apprends à écrire ; le deuxième cahier : J’écris mieux ; le troisième cahier : Je sais écrire. Ce livre, posthume, fait suite à trois autres ouvrages de Guyau consacrés, depuis 1875, à la lecture.

Continuer la lecture de « Guyau, J’apprends à écrire, 1902 »

Lemoine, Albert (1824-1874), à la jonction de la psychologie et de la physiologie

Albert Lemoine parcourt sans encombre toutes les étapes d'une carrière universitaire réussie : professeur de lycée en province puis à Paris, professeur de philosophie à la Faculté des Lettres à Nancy puis à Bordeaux, maître de conférences à l'École normale supérieure. Mais, bien que lauréat de l'Académie des Sciences morales et politiques, ne parvient pas, malgré cinq tentatives, à se faire élire. Continuer la lecture de « Lemoine, Albert (1824-1874), à la jonction de la psychologie et de la physiologie »

Ozaneaux, Georges (1795-1852), de l’École normale à l’Inspection générale

Sa formation initiale le conduit à l’enseignement, en province, puis à Paris. Et à de hautes fonctions administratives, du rectorat à l’Inspection générale, jusqu’à devenir conseiller de l’Université. Auteur d’un manuel de philosophie, d’un dictionnaire de français-grec, et de livres d’histoire, il ne dédaigne pas la carrière des lettres, publie de la poésie et se fait jouer avec succès au théâtre royal de l’Odéon.

Continuer la lecture de « Ozaneaux, Georges (1795-1852), de l’École normale à l’Inspection générale »

Heine, un reportage à l’Académie des Sciences morales et politiques

Enthousiasmé par la Révolution de Juillet, le poète allemand Henri Heine [1797-1856] s'installe en France fin mai 1831. Il y restera jusqu'à sa mort, en février 1856. Observateur passionné, spirituel et caustique de la société française, il est un temps correspondant de l'Augsbürger Allgemeine Zeitung [Gazette universelle d'Augsbourg]. Continuer la lecture de « Heine, un reportage à l’Académie des Sciences morales et politiques »

Bonaventure Giraudeau (1697-1774). Histoires et paraboles. Bibliographie.

Auteur en latin d’une Introduction à la langue grecque [1739], d’ouvrages scolaires et d’un Abrégé de grammaire hébraïque [1758], le Père Bonaventure Giraudeau (1697-1774), de la Compagnie de Jésus, publie à Paris, en 1766, sans nom d’auteur : Histoires et paraboles.

Continuer la lecture de « Bonaventure Giraudeau (1697-1774). Histoires et paraboles. Bibliographie. »

La Logique d’Aristote mise au concours

En 1835, pour la deuxième fois, Aristote est mis à l'honneur par l'Académie des Sciences morales et politiques. La section de Philosophie, sur la proposition de Victor Cousin, a en effet donné pour thème de concours : l'Examen critique de l' Organum d'Aristote. Le prix sera remis en novembre 1837, à Jules Barthélemy Saint-Hilaire [1805-1895], qui a entrepris parallèlement le considérable travail de traduire la totalité des textes d'Aristote qui nous sont parvenus. Continuer la lecture de « La Logique d’Aristote mise au concours »

Le premier concours de philosophie de l’Académie des Sciences morales

L'Académie des Sciences morales et politiques, dès sa reconstitution en octobre 1832, veille à renouer avec sa tradition de concours richement dotés, pour chacune de ses cinq sections : Philosophie ; Morale ; Législation, droit public et jurisprudence ; Économie politique et statistique ; Histoire générale et philosophique. On trouvera ci-dessous, les résultats du premier concours de philosophie sur Aristote.

Continuer la lecture de « Le premier concours de philosophie de l’Académie des Sciences morales »

Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie

Son "Histoire de la philosophie cartésienne" (1854) est encore rééditée de nos jours. Mais à côté de cette oeuvre d'histoire de la philosophie, il existe presque deux cents interventions, discours, brochures, rapports, mémoires, ouvrages, tirés à part. Cette bibliographie s'efforce d'en rendre compte.
Continuer la lecture de « Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie »

Louis de Fontanes [1757-1821], ou l’éducation à l’ombre du Trône et de l’Autel

L'Université impériale prévue dans le projet de loi du 10 mai 1806, se met en place  à partir du décret du 17 mars 1808. Parmi les 144 articles, sont précisés les ordres des établissements [Faculté, lycée, collège, etc.], la nature des diplômes [baccalauréat, licence, doctorat], le découpage territorial en Académies [calqué sur l'implantation et le ressort des cours d'Appel].
Continuer la lecture de « Louis de Fontanes [1757-1821], ou l’éducation à l’ombre du Trône et de l’Autel »

Bareste, Eugène (1814-1861), du saint-simonisme à l’édition populaire.

Dans sa jeunesse, Eugène Bareste manifeste publiquement son attachement au saint-simonisme. Douze ans plus tard, il est le gérant d'un journal né dans le mouvement révolutionnaire de février 1848, et portant fièrement pour un peu plus de trois ans, le titre de "La République".  Mais en même temps c'est un publiciste qui exploite la crédulité publique avec une série d'Almanachs, et d'opuscules, placés sous le patronage farfelu de Nostradamus. Continuer la lecture de « Bareste, Eugène (1814-1861), du saint-simonisme à l’édition populaire. »

Grivot, Félix (1793-1879), l’un des quatre-vingt-six petits recteurs départementaux

Le parcours est classique. De formation scientifique, il est pendant plus de vingt ans enseignant de mathématiques ou de physique. Puis, Inspecteur d'Académie pendant seize ans, la loi Falloux lui permet d'être pendant trois ans recteur départemental de la Charente.
Continuer la lecture de « Grivot, Félix (1793-1879), l’un des quatre-vingt-six petits recteurs départementaux »

Joseph Guichemerre (1794-1870), normalien, professeur, poète et administrateur

La carrière de Joseph Guichemerre, docteur ès-lettres [1817], puis agrégé des lettres [1822] est typique de celles des normaliens, qui peuvent être tout à la fois enseignants, administrateurs [principal, inspecteur, recteur], tout en restant, pour le plaisir, de distingués hellénistes. Continuer la lecture de « Joseph Guichemerre (1794-1870), normalien, professeur, poète et administrateur »

La mort de Jules Helleu, normalien latiniste, 1874

Le 18 octobre 1874, Jules Helleu (1824-1874), normalien de 1843, meurt en son domicile parisien. Professeur de quatrième au lycée Condorcet, où une dizaine d'années plus tôt il était encore élève, on lui doit plusieurs éditions scolaires d'auteurs grecs, latins et français : Aristophane, Lucrèce, Cicéron, Claude Lancelot, Jean de La Bruyère.

Continuer la lecture de « La mort de Jules Helleu, normalien latiniste, 1874 »

Eugène Thionville (1821-1858), normalien, censeur des études à Poitiers

Comme il arrive souvent dans les récits biographiques concernant des anciens élèves de l’École normale, les fonctions administratives succèdent aux fonctions pédagogiques.  Séquence qui s’explique, par la santé fragile de tel ou tel, lorsque l’administration veille à substituer aux fatigues de l’enseignement la charge supposée plus légère de l’administration. Continuer la lecture de « Eugène Thionville (1821-1858), normalien, censeur des études à Poitiers »

Joseph Guibout (1827-1873), auteur d’ouvrages d’histoire pour la jeunesse

Ancien élève de l'École normale [1850] Joseph Guibout croise deux activités, celle, classique, d'un professeur d'histoire enseignant dans plusieurs lycées, et celle, plus exceptionnelle pour un normalien, d'un auteur d'ouvrages de vulgarisation historique, dans une collection intitulée Bibliothèque morale de la jeunesse, placée expressément sous la protection de l'Église catholique. Continuer la lecture de « Joseph Guibout (1827-1873), auteur d’ouvrages d’histoire pour la jeunesse »

Louis Morand (1819-1866), la simple carrière administrative d’un normalien

La carrière de Louis Morand de déroule de manière assez classique. Après avoir réussi le concours d'entrée de l'Ecole normale, il part avec sa licence enseigner en province. Rappelé à l'Ecole pour y devenir surveillant, il réussit l'agrégation de grammaire, et, en tant que censeur puis proviseur, assure tous les deux ou trois ans un nouveau poste en province.
Continuer la lecture de « Louis Morand (1819-1866), la simple carrière administrative d’un normalien »

Almanach prophétique, pittoresque et utile pour 1850

Cet opuscule bien modeste s’apparente à cette vaste littérature de colportage qui depuis le début du dix-septième siècle s’épanouit sur près de trois cents ans. L’ Almanach paraît sans nom d’auteur. Mais qu’importe, il revendique nettement la notoriété de ses illustrateurs, : Gavarni, Daumier, Trimolet, Vernier, Geoffroy.

Continuer la lecture de « Almanach prophétique, pittoresque et utile pour 1850 »

Choquet, Les dix Nouvelles, ou les jeunes personnes, 1822

Cinq nouvelles dans le premier tome, cinq nouvelles dans le deuxième tome, et voilà un titre tout trouvé, pour un livre édifiant d'éducation morale, destiné à la jeunesse, comme il en paraît beaucoup sous la Restauration. Tout cela respire un parfum d'honnêteté chrétienne. Les illustrations témoignent aussi d'une mode décente, où les femmes sous leurs vastes capelines portent pelisses, robes, châles et aumônières. Continuer la lecture de « Choquet, Les dix Nouvelles, ou les jeunes personnes, 1822 »

Auguste Daunas [1814-1850], un normalien spécialiste de Plotin

Dans une carrière, relativement brève, Auguste Daunas inscrit son nom dans l'histoire de la philosophie, grâce à sa thèse française, rédigée en 1848, ayant pour titre : Études sur le mysticisme. Plotin et sa doctrine, publiée à compte d'auteur. Cette thèse est rééditée plus de cent-trente ans plus tard par l'éditeur allemand Scientia Verlag. Continuer la lecture de « Auguste Daunas [1814-1850], un normalien spécialiste de Plotin »

Bascou (P. Auguste) et la chaire de Littérature à Montpellier

La Faculté des Lettres de Montpellier, créée en 1809 dans le cadre de l'Université impériale, supprimée en 1815 par la Restauration, est rétablie par une ordonnance royale de Louis-Philippe, le 24 août 1838. P. A. Bascou, ancien élève de l'École normale [1819], docteur ès-lettres [Toulouse, 1838] est le premier titulaire de la chaire. Continuer la lecture de « Bascou (P. Auguste) et la chaire de Littérature à Montpellier »

Jugement d’un ancien sur Henri Bergson

Emmanuel Joyau [1850-1924], professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Clermont, a une cinquantaine d'années quand il a à apprécier la portée d'un certain normalien et agrégé de philosophie du nom d'Henri Bergson [1859-1941], qui, quinze ans plus tôt a été  chargé de conférences de philosophie [1884-1887] à l'Université de Clermont. Continuer la lecture de « Jugement d’un ancien sur Henri Bergson »

La mort de Nicolas Malebranche [1638-1715]

Philosophe cartésien et théologien, Nicolas Malebranche, né le 5 août 1638, à Paris, est mort dans la nuit du 13 octobre 1715, à l'âge de soixante-dix sept ans, à l'infirmerie de la maison professe de l'Oratoire, de la rue Saint Honoré, à Paris. L'abbé Émile Antoine Blampignon, [1830-1908], dans les premières pages de sa thèse de doctorat [Paris, 1862], consacrée à la vie privée de Malebranche, rapporte ses derniers moments. Continuer la lecture de « La mort de Nicolas Malebranche [1638-1715] »

Pierre Daunou, au collège de France, critique de Victor Cousin

En mai 1828, le thème de « la philosophie de l'histoire » est évoqué en France par le philosophe Victor Cousin [1792-1867], dans la chaire d'Histoire de la philosophie moderne à la Faculté des Lettres de Paris. Mais cet enseignement, teinté d'hégélianisme, est critiqué par l'historien Pierre Daunou [1761-1840] titulaire de la chaire d'Histoire et morale au collège de France [1819-1830]. Continuer la lecture de « Pierre Daunou, au collège de France, critique de Victor Cousin »

Francisque Bouillier : une dédicace à V. Cousin, hors du commun

En 1854, Francisque Bouillier, professeur de Philosophie, depuis 1839, à la Faculté des Lettres de Lyon, qui s'est fait jusqu'alors une réputation de spécialiste de la philosophie allemande [Kant, Fichte], fait paraître, en deux volumes de plus de mille deux cents pages, une Histoire de la philosophie cartésienne. Il dédicace l'ouvrage à son maître et mentor Victor Cousin [1792-1867], alors âgé de soixante-deux ans. Continuer la lecture de « Francisque Bouillier : une dédicace à V. Cousin, hors du commun »

Platon, Œuvres éditées par V. Cousin

L’édition de la traduction des Œuvres de Platon, commencée par V. Cousin en 1822 se poursuit jusqu’en 1840. Elle se compose de treize tomes in-octavo, édités à Paris : d'abord chez Bossange frères, de 1822 à 1827 inclus, pour les tomes un, deux, trois, quatre, cinq ; puis chez Pichon et Didier, en 1831 et 1832, pour les tomes six, sept, huit ; enfin chez Rey et Gravier, de 1833 à 1840, pour les tomes neuf, dix, onze, douze, treize. Le tout formant plus de cinq mille pages. Continuer la lecture de « Platon, Œuvres éditées par V. Cousin »

Esprit français et philosophie allemande

Immanuel Hermann von Fichte [1796-1879], professeur de philosophie à l'Université de Tubingen, fils de Johann Gottlieb Fichte [1762-1814], publie en 1835 un petit écrit se rapportant en partie à l'esprit français et à la philosophie allemande, qui dit-il, avec humour, en s'adressant aux français dix ans plus tard " n'est vraisemblablement pas arrivé jusque chez vous ". Aussi il en reprend un passage qu'il cite plus tard dans l'Introduction à la traduction française, faite en 1845, par Francisque Bouillier de la : Méthode pour arriver à la vie bienheureuse.
Continuer la lecture de « Esprit français et philosophie allemande »

Guizot et le rétablissement de l’Académie des Sciences morales et politiques

Le 26 octobre 1832, une ordonnance royale, signée Louis-Philippe, restaure la classe des Sciences morales et politiques, fondée initialement en 1795 par la Convention, et supprimée par Napoléon, premier consul, en 1803. Dans le troisième tome de ses Mémoires pour servir à l'histoire de mon temps [8 volumes, 1858-1867], François Guizot [1787-1874], qui contresigne cette ordonnance, rapporte le rôle décisif qu'il a joué pour ce rétablissement. Continuer la lecture de « Guizot et le rétablissement de l’Académie des Sciences morales et politiques »

Damiron juge le Descartes de Francisque Bouillier

Le 3 et 10 avril 1841, l’historien de la philosophie Jean Philibert Damiron [1764-1862], au nom de la section de Philosophie de l’Académie de Sciences morales et politiques, lit le Rapport concernant les manuscrits se rapportant au Concours de juin 1838 : Examen critique du cartésianisme.
Il consacre une partie de son analyse au texte de Francisque Bouillier [1813-1899], qui sera, avec l’essayiste Jean Bordas-Demoulin [1798-1859], l’un des deux lauréats.
Continuer la lecture de « Damiron juge le Descartes de Francisque Bouillier »

Joseph Willm : notice nécrologique de Hegel (1770-1831)

Le lundi 14 novembre 1831, dans l’après-midi, Georg Wilhelm Hegel meurt à Berlin, vers cinq heures de l’après-midi, dans son appartement du Kupfergraben, dans sa soixante-deuxième année. Quelques semaines plus tard, Joseph Willm [1792-1853], professeur à Strasbourg, rédige en français une notice nécrologique sur Hegel, pour le trente-troisième numéro de la Nouvelle Revue germanique. Continuer la lecture de « Joseph Willm : notice nécrologique de Hegel (1770-1831) »

1830. Manuels de philosophie : recommander, sans prescrire

Dans le premier ministère du règne de Louis-Philippe, le duc Victor de Broglie [1785-1870] est ministre de l’Instruction publique et des cultes, du 11 août 1830 au 2 novembre 1830. Le 6 octobre 1830, il adresse aux recteurs une Circulaire relative aux recommandations d’ouvrages de philosophie, manifestement inspirée par V. Cousin.
Continuer la lecture de « 1830. Manuels de philosophie : recommander, sans prescrire »

Marseille : les trente premières années d’enseignement de la philosophie

En ce qui concerne la philosophie, l'emprise d'un personnel enseignant clérical est forte sous l'Empire et la Restauration, même si ce personnel doit fournir un enseignement non confessionnel. Cette emprise cléricale est gommée après 1830, pour laisser la place à un personnel laïque formé à Paris, à l'Ecole normale, donnant un enseignement officiel, dont le contenu est, selon les moeurs du temps, strictement éclectique et spiritualiste. Continuer la lecture de « Marseille : les trente premières années d’enseignement de la philosophie »

Hegel et la dédicace du Gorgias de Platon

En 1826, Victor Cousin [1792-1867] fait paraître le troisième tome de sa traduction du grec en français, des Oeuvres de Platon. Le volume contient les traductions de Protagoras, ou les sophistes ; Gorgias ou la rhétorique. En tête du volume se trouve, sur trois pages, composée en écriture dite “anglaise“, en forme d'hommage public, la longue dédicace de la traduction du Gorgias : « A Mr/ G. W. F. Hegel,/Professeur de Philosophie à l'Université de Berlin./ ». Continuer la lecture de « Hegel et la dédicace du Gorgias de Platon »

Descartes, Les Principes de la philosophie, 1681

En  1681, alors que le philosophe français René Descartes  [1596-1650] est mort depuis trente-et-un ans, paraît une  quatrième édition française des Principes de  philosophie. La  première traduction française date de 1647 [Henri Le  Gras, 486 p.] ; la seconde édition de 1651 [ Henri Le Gras et  E. Pepingué, 421 p.] ; la troisième édition de  1659 [Henri et Nicolas Le Gras, 477 p.]. Continuer la lecture de « Descartes, Les Principes de la philosophie, 1681 »

Ampère et la société chrétienne de Lyon, 1804.

Mathématicien, physicien, chimiste, inventeur, André Marie Ampère [1775-1836] a des convictions religieuses fortes. Il n'hésite pas à faire du prosélytisme : il crée à Lyon, fin 1803-début 1804, une société chrétienne qui va fonctionner quelques mois. A partir de la fin de l'année 1812, Ampère participe aussi à une petite société de métaphysiciens regroupée autour de Maine de Biran. Continuer la lecture de « Ampère et la société chrétienne de Lyon, 1804. »

L’élection du philosophe Adolphe Franck aux Sciences morales, 1844

Le samedi 20 janvier 1844, le professeur de philosophie Adolphe Franck [1809-1893] est élu à l’Académie des Sciences morales et politiques, dans la section de Philosophie. Cette élection, acquise seulement au troisième tour, ne se fait pas sans difficulté. Soutenue expressément par Victor Cousin, elle prolonge la sécularisation déjà entreprise quelques années auparavant, lorsque Franck est reçu à l'agrégation de philosophie.

Continuer la lecture de « L’élection du philosophe Adolphe Franck aux Sciences morales, 1844 »

Casimir Mercier (1863-1921), normalien, professeur à Louis-le-Grand

Après l’agrégation des lettres en 1889, le professeur de lettres Casimir Mercier [1863-1921] mène une carrière classique d’enseignant. Après plusieurs postes en province, est nommé à Versailles, puis à Paris. Il décède en fonction, alors qu’il est promu en fin de carrière au lycée Louis-le-Grand. Continuer la lecture de « Casimir Mercier (1863-1921), normalien, professeur à Louis-le-Grand »

Félix Blanchet (1826-1861), la carrière inachevée d’un normalien

Les étapes sont habituelles : études en province, lycée parisien, préparation au concours. Élève boursier à l’École, agrégation des lettres à la sortie, et, pour clore le parcours universitaire, doctorat ès-lettres. Spécialiste de littérature latine. Voyages culturels en Allemagne, en Italie, en Angleterre, en Hollande. Un poste dans l’enseignement supérieur se dessinait. Mais une santé fragile a brisé ce parcours sans histoire.
Continuer la lecture de « Félix Blanchet (1826-1861), la carrière inachevée d’un normalien »

1866. L’élection de Victor de Broglie, à l’Académie des Sciences morales et politiques

Lorsqu’il se présente en 1866 à l’Académie des Sciences morales et politiques, pour devenir membre titulaire de la section de philosophie,  Victor, duc de Broglie [1785-1870] est déjà un familier de l’Institut de France. Il avait été élu membre libre de l’Académie des Sciences morales et politiques [fauteuil 2] le 20 avril 1833, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement du maréchal Soult. Et élu à l’Académie française, le 1er mars 1855, au fauteuil 24, en remplacement du comte de Sainte-Aulaire. Continuer la lecture de « 1866. L’élection de Victor de Broglie, à l’Académie des Sciences morales et politiques »

Les enseignants de philosophie dans les territoires annexés par la France, 1812

L’Almanach de l’Université  impériale, pour l’année 1812, publié à Paris, chez Brunot-Labbé, fournit de nombreux renseignements sur les personnalités académiques. On peut y relever les noms des enseignants, dans les Facultés, les lycées et les collèges. On fournit ici la liste des enseignants de philosophie, en 1810, dans les territoires annexés par la France. Continuer la lecture de « Les enseignants de philosophie dans les territoires annexés par la France, 1812 »

Pierrot-Deseilligny [1792-1845], proviseur au collège Louis le Grand

Jules Amable Pierrot, dit Pierrot-Deseilligny, ancien élève de la première promotion de l’École normale [1810], conjugue les fonctions de professeur de rhétorique à Charlemagne et à Louis le Grand, d’enseignant d’Éloquence française à la Faculté des Lettres de Paris, de traducteur de classiques latins, et d’administrateur, en étant pendant quinze ans [1830-1845] proviseur au collège Louis-le-Grand. Continuer la lecture de « Pierrot-Deseilligny [1792-1845], proviseur au collège Louis le Grand »