24 avril 1817. Pastoret préside la séance des quatre Académies

Le jeudi 24 avril 1817, Emmanuel Pastoret [1755-1840], en tant que Président de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour l'année 1817, préside la séance publique annuelle des quatre Académies. Discours de célébration où les convictions intimes de Pastoret, qui dès le début de sa carrière politique a été un partisan de la royauté constitutionnelle, n'ont aucun mal à s'exprimer, en ce temps de la Restauration triomphante. Continuer la lecture de « 24 avril 1817. Pastoret préside la séance des quatre Académies »

30 septembre 1791. Séance de clôture de l’Assemblée nationale constituante.

Emmanuel Pastoret [1755-1840], participe, le vendredi 30 septembre 1791, à la séance de clôture de l’Assemblée nationale constituante et y prononce, à la suite de Jean Sylvain Bailly [1736-1793] maire de Paris,  un discours exaltant la première Constitution de la France.

Continuer la lecture de « 30 septembre 1791. Séance de clôture de l’Assemblée nationale constituante. »

24 décembre 1755. Naissance d’Emmanuel Pastoret.

Emmanuel Pastoret meurt à Paris, le 28 septembre 1840. C’est l’occasion, pour l’Académie française, dont il est membre depuis 1820 ; pour l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres dont il est fait partie depuis 1785 ; pour l’Académie des Sciences morales et politiques où il est nommé en 1832, d’en faire l’éloge.  Continuer la lecture de « 24 décembre 1755. Naissance d’Emmanuel Pastoret. »

L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1816.

Au lendemain de la seconde Restauration, l’ordonnance royale du 21 mars 1816, signée par Louis XVIII et contresignée par Vincent Marie Viénot Vaublanc [1756-1845], ministre de l’Intérieur dans le premier ministère Richelieu [26 septembre 1815-29 décembre 1818], désigne les membres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres reconstituée.
Continuer la lecture de « L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1816. »

Sur les traces de Platon, lettre de Terzetti, 1858

D'Athènes, en mai 1858, selon Jules Barthélemy Saint-Hilaire, un certain Terzetti adresse à Victor Cousin une lettre évoquant Platon et les jardins d'Académie.  Il fait allusion à l'époque ancienne, où tout jeune il a aidé V. Cousin, qui effectuait des recherches à la bibliothèque Ambroisienne. Selon l'auteur de la lettre, Platon lui-même serait charmé si Cousin venait à Athènes lui rendre visite … Continuer la lecture de « Sur les traces de Platon, lettre de Terzetti, 1858 »

La mort du philosophe et homme politique Royer-Collard, 1845

Le journaliste et homme politique, légitimiste modéré, Charles de Lacombe [1832-1904] publie en 1863 un ouvrage intitulé Royer-Collard**. Dans ce livre, où il dresse un portrait incomplet, mais flatteur, de Pierre Paul Royer-Collard [1763-1845] Charles de Lacombe, cite les propos de Prosper de Barante [1782-1866] rapportant les derniers moments de l’homme politique et philosophe, chef de file des Doctrinaires.

Continuer la lecture de « La mort du philosophe et homme politique Royer-Collard, 1845 »

Ferdinand Hoefer, secrétaire de Victor Cousin

Jeune enseignant, Ferdinand Hoefer [1811-1878], dont l’allemand est la langue maternelle, a vingt-trois ans, lorsqu’il devient pour quelques mois le secrétaire de V. Cousin. Camille Flammarion [1842-1825] raconte dans ses Mémoires biographiques et philosophiques d’un astronome [Paris : E. Flammarion. 1912] un épisode pittoresque de cette brève collaboration.

Continuer la lecture de « Ferdinand Hoefer, secrétaire de Victor Cousin »

Académie française : les exclusions de 1816

La Restauration, ouverte par l’abdication de l’empereur Napoléon [6 avril 1814] et le retour des Bourbons, interrompue par la période des Cent-Jours [20 mars-22 juin 1815], reprend, sous l’appellation de seconde Restauration, à partir du 8 juillet 1815, date du retour de Louis XVIII à Paris. Tandis qu’une Terreur blanche s’exerce librement, une liste officielle de proscription est définie par ordonnance, et tous les domaines de la vie politique sont peu à peu profondément remaniés. Le monde de la culture n’est pas épargné. Comme en témoigne l’ordonnance du 21 mars 1816.

Continuer la lecture de « Académie française : les exclusions de 1816 »

La mort du philosophe Jean Philibert Damiron, 1862

Jean Philibert Damiron [1794-1862], ancien titulaire de la chaire d’Histoire de la philosophie moderne à la Faculté des lettres de Paris [1845 à 1856] ; membre depuis 1836, de l’Académie des sciences morales et politiques, section de philosophie ; ami de toujours de Victor Cousin, dont il a été l’élève à l’École normale, meurt dans la fin d’après midi du samedi 11 janvier 1862. 

Continuer la lecture de « La mort du philosophe Jean Philibert Damiron, 1862 »

Création des agrégations des Facultés, pour les lettres, en 1840

Le philosophe Victor Cousin, est ministre de l’Instruction publique dans les six mois d’existence du second ministère Thiers, du 1er mars au 28 octobre 1840. Il fait prendre par le roi Louis-Philippe, dès le 24 mars 1840, une ordonnance créant, pour les lettres, des agrégés des Facultés, nommés au concours, et capables de suppléer des professeurs titulaires absents.
Continuer la lecture de « Création des agrégations des Facultés, pour les lettres, en 1840 »

Lettre ouverte de Pierre Leroux à l’Académie des Sciences morales, 1842

Le 30 décembre 1842, Pierre Leroux [1797-1871],  publie une lettre ouverte à la prestigieuse Académie des Sciences morales et politiques, recréée par le roi Louis-Philippe en octobre 1832. Ce texte attaque nommément le philosophe Victor Cousin [1792-1867], alors au faîte de sa célébrité, l’accusant encore une fois de la «Mutilation d'un écrit posthume de Théodore Jouffroy». Continuer la lecture de « Lettre ouverte de Pierre Leroux à l’Académie des Sciences morales, 1842 »

Charles Renouard : Éloge funèbre de Victor Cousin

Le 14 janvier 1867, à Cannes, vers cinq heures du matin, Victor Cousin [1792-1867], dans son sommeil, meurt d’une apoplexie, dont la crise a débuté la veille. Il est âgé de soixante-quatorze ans : il aurait eu soixante-quinze ans, le 28 novembre 1867. De nombreux éloges mortuaires sont prononcés. D’une part le 19 janvier à l’annonce de son décès ; d’autre part à ses funérailles le 24 janvier avec les discours de Sylvestre de Sacy, d’Esquirou de Parieu, d’Henri Patin. Mais les éloges célébrant la mémoire de Victor Cousin sont bien plus nombreux, et ils se prolongent jusqu’en 1868.

Continuer la lecture de « Charles Renouard : Éloge funèbre de Victor Cousin »

La mort de Caton d’Utique

L’historien grec Appien, dit Appien d’Alexandrie [vers 90-160] est l’auteur d’une Histoire des guerres civiles de la République romaine. Dans le livre II de cet ouvrage, il décrit la mort volontaire de Marcus Porcius Cato Uticencis, Caton d’Utique [95-46 av. J.-C.], arrière petit-fils de Caton l’ancien. L’évènement se situe en avril 46 av. J.-C., dans le cadre de la guerre civile entre César et Pompée. Continuer la lecture de « La mort de Caton d’Utique »

Le philosophe, concierge des catacombes philosophiques

La définition du philosophe, comme « ami de la sagesse » est convenue. Il en est d’autres qui sont parfois plus polémiques. Telle est celle que donne Jean Baptiste Maugras [1762-1830], en 1827, à l’occasion de son cours d’ouverture, dans la chaire d’Histoire de la Philosophie ancienne, qu’il prononce en 1827, à la Faculté des lettres de Paris.
Continuer la lecture de « Le philosophe, concierge des catacombes philosophiques »

La mort de Madame de Lamartine

Madame de Lamartine [vers 1800-1863] meurt le jeudi 24 mai 1863, à Paris, d’un érésipèle de la face. Alphonse de Lamartine [1790-1869] a fait la connaissance de Mary-Ann Birch, sa future épouse en février 1819. La cérémonie de mariage a lieu à Chambéry, au château des ducs de Savoie, le 6 juin 1820. Paralysé par une crise d’arthrite, Lamartine ne peut fermer les yeux de son épouse.

Continuer la lecture de « La mort de Madame de Lamartine »

Joseph Joubert : un portrait romantique

On doit au critique littéraire André Beaunier [1869-1925], dans son ouvrage La Jeunesse de Joubert [Paris : Librairie académique Perrin, 1918] la recomposition d’un portrait romantique de Joseph Joubert [1754-1824] mélangeant l’élégance supposée de l’homme de salon du XVIIIè siècle, et le goût de la solitude, de la rêverie et des méditations généralement attribué aux romantiques du début du XIXè siècle.

Continuer la lecture de « Joseph Joubert : un portrait romantique »

La mort d’Immanuel Kant

Victor Cousin publie en février-mars 1830, dans le journal Le Globe, sous forme de feuilleton, le texte « Kant dans les dernières années de sa vie ». Il y rapporte les témoignages qui rendent compte de la mort d'Immanuel Kant [1724-1804] survenue le 12 février 1804.

L'article sera réédité en 1843 dans les Fragments littéraires [Paris : Didier. In-8, 516 p., 1843] ; dans Fragments et souvenirs [Paris : Didier. In-8, 534 p., 1857], puis dans Fragments philosophiques pour servir à l'histoire de la philosophie. Philosophie contemporaine [Paris : Didier. In-8, 403 p., 1866].
Après la fête célébrée en honneur de son soixante-dix-neuvième anniversaire, le 22 avril 1803, la santé de Kant, déjà fragile, s'aggrave progressivement. Il tombe manifestement malade en octobre 1803. Il perd la vue, a du mal à parler, il s'amaigrit considérablement, n'a plus la force de se tenir debout. V. Cousin fournit un calendrier précis.

Continuer la lecture de « La mort d’Immanuel Kant »

Portrait de Joseph Joubert par Chateaubriand

Dans ses Mémoires d'outre-tombe [1849-1850] François René de Chateaubriand trace le portrait de son ami Joseph Joubert [1754-1824] qu'il a connu en 1801, par l'intermédiaire de Louis de Fontanes [1757-1821], dans le salon parisien de Pauline de Beaumont [1768-1801].

C'est également François René de Chateaubriand [1768-1848] qui éditera, en 1838, pour le cercle restreint 
de ses amis le premier « Recueil des Pensées de M. Joubert » choisies parmi les quinze mille pages de ses
carnets. 

Continuer la lecture de « Portrait de Joseph Joubert par Chateaubriand »

La mort du philosophe et moraliste Ernest Bersot

Ernest Bersot [1816-1880], meurt le 1er février 1880, dans ses appartements de l’École normale supérieure dont il est le directeur, depuis 1871. En 1865 s’est déclaré un cancer au visage. Et dans les premiers mois de de 1879, ce dernier poursuivant ses ravages, perfore la joue, envahit les gencives et les nerfs des os maxillaires. Dans une souffrance sans trêve, Ernest Bersot sait que la fin est proche. Paul Reclus [1847-1914], son médecin témoigne des derniers moments.

Continuer la lecture de « La mort du philosophe et moraliste Ernest Bersot »

Comment Zénon de Citium devint philosophe

C’est un lieu commun de l’histoire de la philosophie :  la lecture d’un auteur ancien, faite presque par hasard, provoque un éblouissement soudain, et oriente le néophyte vers un autre destin. Ici, Zénon de Citium, futur fondateur du stoïcisme, découvre un texte de Xénophon, évoquant la mémoire de Socrate, ce qui le décide à devenir philosophe à son tour.

Continuer la lecture de « Comment Zénon de Citium devint philosophe »

La deuxième classe de l’Institut national des sciences et des arts, 1795

 La Convention thermidorienne [juillet 1794-octobre 1795] adopte le 5 fructidor an III [22 août 1795] la Constitution de l’an III. Son article 298 indique : « Il y a pour toute la République, un institut national chargé de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences »
Continuer la lecture de « La deuxième classe de l’Institut national des sciences et des arts, 1795 »

Institut de France. Associés non résidants des Sciences morales et politiques

On trouvera ci-dessous la liste, et la carrière académique, des trente-six associés non résidants de la seconde classe de l’Institut national des sciences et des arts [Sciences morales et politiques], répartie selon ses six sections. Les élections ont lieu le 18 et 24 février 1796 [pluviôse an IV].

Continuer la lecture de « Institut de France. Associés non résidants des Sciences morales et politiques »

La mort de Charles Cucuel, professeur de littérature grecque à la Faculté des lettres de Bordeaux

Le mardi 24 novembre 1891, Charles Cucuel [1860-1891], meurt en son domicile à Bordeaux, à l’âge de trente et un ans. F. Dürrbach, son camarade de promotion à l’École normale supérieure [1880-1883], rédige sa notice nécrologique dans l’Annuaire des anciens élèves de l’École normale [1892]. Il décrit les conditions de son décès.

 

Continuer la lecture de « La mort de Charles Cucuel, professeur de littérature grecque à la Faculté des lettres de Bordeaux »

La mort de Charles Mallet, professeur de philosophie, ancien recteur

Le dimanche 28 mars 1875, Charles Mallet [1807-1875], meurt en son domicile à Paris, à l’âge de soixante-huit ans. André François  Anquetil, son camarade de promotion à l’École normale [1826-1828], rédige sa notice nécrologique dans l’Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure [1876]. Il décrit ses derniers instants.

Continuer la lecture de « La mort de Charles Mallet, professeur de philosophie, ancien recteur »

Institut de France. Premières nominations et premières élections.

A partir d’une première désignation des premiers membres de l’Institut national, par l’arrêté du 29 brumaire an IV [20 novembre 1795], des élections successives et rapprochées permettent de choisir les autres membres. Du mercredi 9 au mardi 15 décembre 1795. On trouvera ici les étapes des nominations et des élections pour les trois classes de l’Institut national des sciences et des arts. Continuer la lecture de « Institut de France. Premières nominations et premières élections. »

1795. Texte de la loi créant l’Institut national des sciences et des arts.

Le 5 fructidor an III [22 août 1795] la Convention thermidorienne adopte une nouvelle Constitution, dite Constitution de l’an III, et décide de la soumettre par referendum à la ratification populaire.Son article 298 indique : « Il y a pour toute la République, un institut national chargé de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences ».Deux mois plus tard, le 3 brumaire an IV [25 octobre 1795] la loi sur l’organisation de l’instruction publique, à son titre IV, organise l’Institut.

Continuer la lecture de « 1795. Texte de la loi créant l’Institut national des sciences et des arts. »

1794. Naissance de l’École normale

 Le 9 brumaire an III [30 octobre 1794] la Convention nationale fait paraître le texte du décret relatif à l’établissement des Écoles normales.C’est en fonction de ce décret que la première École normale, dite École normale de l’an III, voit le jour à Paris, et fonctionne pratiquement pendant quatre mois, du 1 pluviôse an III [20 janvier 1795] au 30 floréal an IV [19 mai 1795].

Continuer la lecture de « 1794. Naissance de l’École normale »

Victor Cousin, Portrait de Hegel

Au cours de son premier voyage en Allemagne, effectué de fin juillet à mi-novembre 1817, V. Cousin rencontre le philosophe Georg Wilhelm Friedrich Hegel [1770-1831] à Heidelberg « sans le chercher et comme par hasard ».
Quinze ans plus tard, en 1833, dans la Préface de la deuxième édition de ses Fragments philosophiques, alors que Hegel est mort depuis deux ans, Victor Cousin [1792-1867] trace un portrait du philosophe allemand, avec lequel il était resté en contact toute sa vie.

Continuer la lecture de « Victor Cousin, Portrait de Hegel »

La philosophie du XIXème siècle c’est l’éclectisme

En mars 1828, le nouveau Grand-Maître de l’Université, A. F. H. de Vatimesnil [1789-1860], âgé de trente-huit ans, rétablit V. Cousin dans ses droits et le nomme professeur-adjoint de la chaire d'Histoire de la philosophie moderne à la Faculté des lettres de Paris. V. Cousin, qui avait été interdit d’enseignement depuis novembre 1820, s’empresse de reprendre ses cours dès le jeudi 17 avril 1828. Il y affirme à nouveau son attachement à l’éclectisme. Continuer la lecture de « La philosophie du XIXème siècle c’est l’éclectisme »

Kératry au secours de V. Cousin, victime de la réaction politique.

Dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 février 1820 le duc de Berry, fils du Comte d'Artois, est assassiné. Le ministère modéré d'Élie Decazes est remplacé par le ministère Villèle [décembre 1821-janvier 1828], pleinement acquis au programme des ultras.
En même temps, Pierre Paul Royer-Collard qui avait jusque là soutenu le pouvoir, vient de passer à l'opposition et de s'allier aux libéraux. Victor Cousin qui le supplée dans la chaire d’Histoire de la philosophie moderne voit son enseignement suspendu.
Plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer cette répression. Dont celle d’Auguste Hilarion de Kératry [1769-1859], libéral et homme de lettres reconnu.

Continuer la lecture de « Kératry au secours de V. Cousin, victime de la réaction politique. »

Ernest Renan, Paul Janet et Victor Cousin

En 1885, dix-huit ans après la mort de V. Cousin [1792-1867], Paul Janet, qui depuis quelques années est le titulaire de la chaire d’Histoire de la philosophie  à la Faculté des lettres de Paris, fait paraître : Victor Cousin et son oeuvre [Paris : Calmann Lévy. In-8, VIII-487 p., 1885]. Ernest Renan [1823-1892], alors membre de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, en assure un compte-rendu très favorable. Continuer la lecture de « Ernest Renan, Paul Janet et Victor Cousin »