Ernest Bersot (1816-1880), l’École normale et le bassin aux Ernest

Comme toute grande institution, dont l’accès est limité par un concours marqué du sceau de l’excellence, l’École normale supérieure produit des traditions qui perdurent  et un jargon qui évolue. Au centre de ces traditions et de ce jargon, autant dire au centre de l’École, se tient le Bassin aux Ernest.

Continuer la lecture de « Ernest Bersot (1816-1880), l’École normale et le bassin aux Ernest »

Colin, Faustin (1801-1865), professeur de Littérature grecque à la Faculté des Lettres de Strasbourg

Traducteur en prose des six mille vers, qui nous sont parvenues du poète lyrique grec Pindare [ca 518-ca 446 av. J.-C.] : quatorze chants en l'honneur des vainqueurs des Jeux Olympiques [Olympie] ; douze chants pour les vainqueurs des Jeux Pythiques [Delphes] ; onze pour les vainqueurs des Jeux Néméens [près d'Argos] ; sept pour les vainqueurs des Jeux Isthmiques [Corinthe], ainsi que des Fragments. Continuer la lecture de « Colin, Faustin (1801-1865), professeur de Littérature grecque à la Faculté des Lettres de Strasbourg »

Truffer, Jean (1746-1828), professeur, du collège d’Harcourt au lycée Charlemagne

Helléniste et latiniste, Jean [Baptiste] Truffer assume pendant plus de cinquante ans une fonction d'enseignant. Au collège d'Harcourt, dont il a été tout d'abord un brillant élève. Puis, ayant donné des garanties de civisme, sur les questions religieuses, professeur à l'École centrale de la rue Saint-Antoine à Paris. Et enfin, en restant dans la place, professeur d'humanités à Charlemagne, tout d'abord lycée puis collège royal.

Continuer la lecture de « Truffer, Jean (1746-1828), professeur, du collège d’Harcourt au lycée Charlemagne »

Gros, Étienne (1797-1856), inspecteur d’académie… et traducteur de grec ancien et de latin

Maître d'études en province, il devient professeur dans la classe des Humanités. Il passe de l'enseignement dans les collèges parisiens [Charlemagne, Saint-Louis, Louis-le-Grand] à des fonctions administratives [Inspecteur de l'académie de Paris, proviseur du lycée Condorcet].  Continuer la lecture de « Gros, Étienne (1797-1856), inspecteur d’académie… et traducteur de grec ancien et de latin »

Benoît, Charles [1815-1898]. Professeur de Littérature française et Doyen de la Faculté des Lettres

C'est le parcours exemplaire d'un ancien élève de l'École normale [1835], qui plus est membre de la première promotion de l'École française d'Athènes [1846], se retrouvant tout naturellement professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Nancy [1854], sorte d'Athènes du Nord, au moment du rétablissement de la Faculté.

Continuer la lecture de « Benoît, Charles [1815-1898]. Professeur de Littérature française et Doyen de la Faculté des Lettres »

Milfaut, Constant Joseph [1803-1882], la belle carrière d’un surveillant d’école parisien

On trouve Constant Joseph Milfaut d'abord à Paris, simplement maître d'études au collège Louis-le-Grand. Puis, après 1830, surveillant à l'École normale. Sa carrière passe ensuite, en différentes villes de province, par les étapes supérieures des fonctions administratives d'autorité : censeur, proviseur, inspecteur d'académie. 

Continuer la lecture de « Milfaut, Constant Joseph [1803-1882], la belle carrière d’un surveillant d’école parisien »

Girard, Paul (1852-1922), chaire de Langue et Littérature grecques à la Sorbonne

Major au concours d’entrée à l’École Normale supérieure, major à l’agrégation des lettres, l’helléniste Paul Girard [1852-1922], ancien membre de l’École d’Athènes [1875-1879] se voit attribuer, en 1904, la chaire de Langue et Littérature grecques à la Faculté des Lettres de Paris, créée à son intention.

Continuer la lecture de « Girard, Paul (1852-1922), chaire de Langue et Littérature grecques à la Sorbonne »

Champanhet-Tavernol, Amédée (1791-1862). Un Normalien de la 2e promotion [1811] dans la carrière

C'est sans doute son attachement à la jeune École, marqué par son adhésion à l’Association des anciens élèves de l’École normale, créée en 1846, et conçue comme Caisse de secours mutuel, qui permet à Amédée Champanhet-Tavernol d'être encore aujourd'hui vaguement présent dans la mémoire de l'institution. Continuer la lecture de « Champanhet-Tavernol, Amédée (1791-1862). Un Normalien de la 2e promotion [1811] dans la carrière »

Lorquet, Alfred [1815-1883]. De l’École normale au secrétariat de la Faculté des Lettres

Agrégé [1836], docteur ès-lettres [1841], professeur de philosophie dans différents postes en province [Marseille, Grenoble, Amiens]. Puis nommé à Paris successivement au collège Charlemagne, au collège Bourbon [Condorcet], au lycée Monge [Saint-Louis]. Sa carrière culmine comme secrétaire de la Faculté des Lettres de Paris, pendant près de vingt ans, de 1864 à 1882. Continuer la lecture de « Lorquet, Alfred [1815-1883]. De l’École normale au secrétariat de la Faculté des Lettres »

Arbogast, Louis François Antoine (1759-1803), de l’École centrale de Strasbourg à l’Institut

Comme beaucoup de ceux qui ont vécu la période tumultueuse de la Révolution française, Louis François Antoine Arbogast a mené une existence particulièrement diverse, où se succèdent et s'entrecroisent plusieurs vies. Avocat, mathématicien d'envergure internationale, homme politique s'intéressant à l'Instruction publique, professeur d'École centrale, associé à l'Institut national dès sa création. Continuer la lecture de « Arbogast, Louis François Antoine (1759-1803), de l’École centrale de Strasbourg à l’Institut »

Les Écoles centrales

Quatre-vingt dix-huit écoles centrales furent établies dans les départements de la France [aux frontières élargies], entre 1796 et 1802. Conçues sous la Convention Nationale [1792-1795], elles sont mises en place sous le Directoire [1795-1799]. Après quelques années de fonctionnement, elles subissent un effet en retour du coup d'État du 18 brumaire an VIII [1799] ouvrant la période du Directoire ; puis sont supprimées par la loi du 2 floréal an X [1er mai 1802]. Continuer la lecture de « Les Écoles centrales »