Duranton, Joseph (1824-1897), une carrière d’inspecteur d’académie dans le Midi

Trajet classique, où le simple titulaire d’une licence, passe de la situation d’enseignant à une position d’autorité. Mais carrière relativement modeste, car l’affectation se fait toujours dans des départements éloignés du chef-lieu académique.

Continuer la lecture de « Duranton, Joseph (1824-1897), une carrière d’inspecteur d’académie dans le Midi »

Darlu Alphonse (1849-1921), de l’agrégation de philosophie (1871) à l’Inspection générale de l’enseignement (1900)

Professeur au lycée Condorcet [1886-1894] Alphonse Darlu est par son enseignement l’inspirateur manifeste de la Revue de Métaphysique et de Morale, fondée en janvier 1893 par ses anciens élèves Xavier Léon [1868-1935], Élie Halévy [1870-1937], Léon Brunschvicg [1869-1944], revue bi-mensuelle < intellectualiste > qui se veut éloignée à la fois du positivisme et du mysticisme.

Continuer la lecture de « Darlu Alphonse (1849-1921), de l’agrégation de philosophie (1871) à l’Inspection générale de l’enseignement (1900) »

Burnier-Fontanel, abbé Jean Marie, président du premier jury d’agrégation de philosophie

Dans le prolongement de l’Empire, l’alliance de la théologie et de la philosophie connaît un regain à l’ombre de la Restauration monarchique. Parmi les multiples preuves, il y a la place prééminente donnée aux ecclésiastiques au sein de l’Université, dans l’enseignement et dans les jurys d’examen.

Continuer la lecture de « Burnier-Fontanel, abbé Jean Marie, président du premier jury d’agrégation de philosophie »

Rondelet, Antonin (1823-1893), agrégé de philosophie (1844)

Ancien élève de l’École normale [1841], professeur de Faculté [Clermont. 1858-1874] représentant du catholicisme social. Il achève sa carrière comme professeur de philosophie à l’Institut catholique de Paris, créé à la suite de la loi du 12 juillet 1875 relative à la liberté de l’enseignement supérieur.

Continuer la lecture de « Rondelet, Antonin (1823-1893), agrégé de philosophie (1844) »

Camaret, Louis (1795-1860), recteur de l’académie d’Amiens

Censeur des études très jeune, à vingt-trois ans, Louis Camaret est aussi un jeune proviseur à trente-deux ans. Un doctorat soutenu en 1831, lui permet de passer rapidement du statut d’inspecteur d’académie à celui de recteur. Carrière perturbée sur sa fin par les turbulences institutionnelles de la période 1848-1850 : suppressions d’académies et abaissement de la fonction rectorale.

Continuer la lecture de « Camaret, Louis (1795-1860), recteur de l’académie d’Amiens »

Maussion, Louis Urbain (1765-1831), premier recteur de l’académie d’Amiens

Nommé recteur dans sa quarante-quatrième année, le comte Louis Urbain Maussion fait partie de ces nobles d’avant 1789, emprisonnés sous la Terreur, ralliés à l’Empire, placés dans des fonctions d’autorité au sein de l’Université, et qui retrouveront sans beaucoup de difficultés au lendemain de la Restauration, de nouvelles fonctions.

Continuer la lecture de « Maussion, Louis Urbain (1765-1831), premier recteur de l’académie d’Amiens »

Sorin, Jean (1799-1881), premier agrégé de la première agrégation de grammaire, à Caen en 1821

Ancien élève de l’École normale [1817], agrégé de grammaire [1821], la carrière de Jean Sorin au sein de l’Université, se déroule selon un schéma classique qui commence à se dessiner dans le premier quart du XIXème siècle, où l’on passe, après vingt-cinq ans de bons et loyaux services d’une fonction d’enseignant à des postes d’autorité : proviseur puis inspecteur d’académie.

Continuer la lecture de « Sorin, Jean (1799-1881), premier agrégé de la première agrégation de grammaire, à Caen en 1821 »

Cavras, Basile (1862-1912), un photographe parisien oublié

Établi au 90 rue Vieille-du-Temple, puis au 64 de la rue de Rivoli, à la fin du XIXe siècle, Basile Cavras (ou Cavra) est le type même du photographe «boutiquier» travaillant à façon pour une clientèle de la petite bourgeoise désirant se faire tirer le portrait. On rassemble ici quelques éléments épars qui témoignent de son itinéraire, de la Bulgarie à la France, et de son travail.

Continuer la lecture de « Cavras, Basile (1862-1912), un photographe parisien oublié »

Rabier, Élie (1846-1932), agrégé de philosophie en 1869

Élie Rabier directeur de l’enseignement secondaire au Ministère de l’Instruction publique, a contribué avec Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur, et avec Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire, à façonner l’Instruction publique de la Troisième République autour des années 1880-1890. Tous les trois étaient d’anciens élèves de l’École normale supérieure et agrégés de philosophie.

Continuer la lecture de « Rabier, Élie (1846-1932), agrégé de philosophie en 1869 »

Janet, Paul (1823-1899), major d’agrégation de philosophie en 1844

Ancien élève de l’École normale [1841], soutenu par Victor Cousin, dont il est pendant un an le secrétaire, Paul Janet, culmine sa carrière de philosophe spiritualiste en occupant la chaire de Philosophie de la Faculté des Lettres de Paris, inaugurée en 1810 par Pierre Laromiguière, et où l’ont précédé comme titulaires Théodore Jouffroy, Philibert Damiron, Adolphe Garnier, Elme Caro.

Continuer la lecture de « Janet, Paul (1823-1899), major d’agrégation de philosophie en 1844 »

Dupuy, Charles (1851-1923), trois fois Président du Conseil dans les années 1890

Agrégé de philosophie en 1879, après une courte carrière comme professeur et inspecteur d’académie [Mende, Caen, Ajaccio], Charles Dupuy s’engage sur près de quarante ans en politique comme républicain modéré [député, ministre, chef de gouvernement, sénateur].

Continuer la lecture de « Dupuy, Charles (1851-1923), trois fois Président du Conseil dans les années 1890 »

Burdeau, Auguste (1851-1894), professeur de philosophie et homme politique

Ancien élève de l’École normale supérieure [1870], agrégé de philosophie [1874]. Premiers postes en province [Grenoble, Saint-Etienne, Nancy], puis à Paris [Saint-Louis, Louis-le-Grand]. Il mène une carrière politique : chef, puis directeur de cabinet auprès de Paul Bert ; député ; ministre [Marine et colonies, Finances]. Et enfin, pour quelques mois, Président de la Chambre des députés [1894].

Continuer la lecture de « Burdeau, Auguste (1851-1894), professeur de philosophie et homme politique »

Hannequin, Alexandre (1856-1905), major d’agrégation de philosophie, 1882

Deux ans après son agrégation, et avant même d’avoir soutenu sa thèse, Alexandre Hannequin, est nommé à la Faculté des Lettres de Lyon, où se déroule toute sa carrière. Il y inaugure, en 1896, le premier enseignement d’Histoire de la philosophie et des sciences.

Continuer la lecture de « Hannequin, Alexandre (1856-1905), major d’agrégation de philosophie, 1882 »

1831 : Première agrégation d’Histoire et Géographie

Les résultats de la première agrégation d’histoire sont proclamés le 27 septembre 1831, soit dix ans après la création de l’agrégation de lettres et de grammaire en 1821. L’agrégation d’histoire subit elle aussi les contre-coups de la suppression de toutes les agrégations imposée par le décret du 10 avril 1852. De 1853 à 1857 ne subsistent que les deux agrégations de lettres et de sciences. Le lent rétablissement successif des différentes agrégations permet le retour de l’agrégation d’histoire par décret du 11 juillet 1860.

Continuer la lecture de « 1831 : Première agrégation d’Histoire et Géographie »

Dereux, Hector, professeur de philosophie au lycée Henri-IV

Carrière classique d’un Normalien [1865]. Agrégation de philosophie [1868], directement au sortir de l’École. Après douze ans d’enseignement en province [Bastia, Amiens, Douai, Marseille] dans des postes de plus en plus importants, Hector Dereux est nommé à Paris [Charlemagne, Saint-Louis, Janson-de-Sailly, Henri-IV].

Continuer la lecture de « Dereux, Hector, professeur de philosophie au lycée Henri-IV »

1849 : Première agrégation d’Allemand

L’agrégation d’allemand, l’une des deux agrégations de langue vivante avec l’anglais, apparaît tardivement le 30 septembre 1849, près de trente ans après la création de l’agrégation de lettres et de grammaire. L’agrégation d’allemand subit aussi les contre-coups de la suppression de toutes les agrégations en 1852. De 1853 à 1857 ne subsistent que les deux agrégations de lettres et de sciences. Le lent rétablissement successif des différentes agrégations permet le retour de l’agrégation d’allemand [et d’anglais] seulement en 1865.

Continuer la lecture de « 1849 : Première agrégation d’Allemand »

1849 : Première agrégation d’Anglais

L’agrégation d’anglais , l’une des agrégations de langue vivante, apparaît tardivement, près de trente ans après l’agrégation de lettres et de grammaire. Elle subit aussi les contre-coups de la suppression de toutes les agrégations en 1852. De 1853 à 1857 ne subsistent que les deux agrégations de lettres et de sciences. Le lent rétablissement successif des différentes agrégations permet le retour de l’agrégation d’anglais [et d’allemand] seulement en 1865.

Continuer la lecture de « 1849 : Première agrégation d’Anglais »

Werther de Goethe, la première traduction en français, 1776

Publiées en allemand, à Leipzig en 1774, chez Weygand, Die Leiden des jungen Werthers, sont traduites en français, par deux fois dès 1776, et encore une autre fois en 1777. Ces traductions paraissent toutes hors de France. Il faut attendre presque huit ans pour qu’une quatrième traduction voit le jour, mais cette fois à Paris.

Continuer la lecture de « Werther de Goethe, la première traduction en français, 1776 »

Bach, Georges Henri (1808-1837), major de l’agrégation de philosophie en 1830, un destin tragique

Douze ans après sa mort, Giuseppe Ferrari, dans son pamphlet les Philosophe salariés [1849] évoque le destin tragique de Georges Henri Bach, réduit au suicide. En effet, n’ayant pu obtenir un poste de maître de conférences à l’École normale, qui semble-t-il lui avait été promis, de désespoir, il se pend le 7 novembre 1837.

Continuer la lecture de « Bach, Georges Henri (1808-1837), major de l’agrégation de philosophie en 1830, un destin tragique »

Custine, marquis Astolphe de, (1790–1857), autoportrait romantique.

En 1925, le comte Albert de Luppé [1893-1970], tirant des archives de sa famille de larges extraits, édite et publie des Lettres inédites d’Adolphe de Custine au marquis de La Grange. C’est dans une de ces lettres, que le marquis Astolphe de Custine [1790–1857], militaire et diplomate, alors âgé de vingt-huit ans, dresse de lui-même un portrait complexe marqué par tous les traits d’un romantisme tardif.

Continuer la lecture de « Custine, marquis Astolphe de, (1790–1857), autoportrait romantique. »

Desmaroux, Alexandre (1808-1836), une vie trop brève pour faire carrière

Il faut souvent du temps pour pouvoir déployer une carrière. D’autant plus difficile pour Alexandre Desmaroux que le seul atout dont il dispose est son titre d’ancien élève d’une École normale décriée par le pouvoir et dont la scolarité a été réduite à deux ans. Pas d’agrégation de lettres ou de grammaire en poche. Sans doute une santé fragile.

Continuer la lecture de « Desmaroux, Alexandre (1808-1836), une vie trop brève pour faire carrière »

Concours général et Prix d’honneur. Lycées et Pensions au XIXe siècle

Tout au long du XIXème siècle, Paris attire de toute la France les meilleurs élèves désireux de poursuivre leurs études à la Faculté ou dans les Écoles supérieures. Encore faut-il les loger. C’est la fonction des pensions. Encore convient-il de célébrer les meilleures. C’est le rôle du Concours général et de son Prix d’honneur.

Continuer la lecture de « Concours général et Prix d’honneur. Lycées et Pensions au XIXe siècle »

Frémy, Henry (1822-1890), de l’agrégation d’histoire à l’inspection d’académie

L’agrégation d’histoire, rétablie en 1860, partage en deux époques la carrière d’Henry Frémy. D’une part une position d’enseignant [Angers, Paris, Versailles, Chambéry] ; d’autre part une fonction d’autorité comme inspecteur d’académie [Auch ; Niort ; Carcassonne ; La Rochelle].

Continuer la lecture de « Frémy, Henry (1822-1890), de l’agrégation d’histoire à l’inspection d’académie »

Sicard, Roch Ambroise (1742-1822), membre de l’Institut

L’élection du 24 juin 1801, réintègre l’abbé Roch Ambroise Sicard [1742-1822] dans la Classe de Littérature et Beaux-Arts de l’Institut National des Sciences et des Arts. Il avait déjà été nommé le 20 novembre 1795, comme membre de l’Institut national, dans la troisième classe [Littérature et Beaux-arts] section de Grammaire.

Continuer la lecture de « Sicard, Roch Ambroise (1742-1822), membre de l’Institut »

Lemoine, Bonaventure Calixte (1732-1818), inspecteur de l’académie de Paris

Traversant sans encombre les différents régimes, Royauté, République, premier Empire, Bonaventure Calixte Lemoine, après avoir été enseignant en mathématiques, assume des fonctions d’autorité : proviseur en province, inspecteur d’académie à Paris.
Il s’agit à cette époque d’un groupe restreint de cinq personnes.

Continuer la lecture de « Lemoine, Bonaventure Calixte (1732-1818), inspecteur de l’académie de Paris »

Lorquet, Alfred [1815-1883]. De l’École normale au secrétariat de la Faculté des Lettres

Agrégé [1836], docteur ès-lettres [1841], professeur de philosophie dans différents postes en province [Marseille, Grenoble, Amiens]. Puis nommé à Paris successivement au collège Charlemagne, au collège Bourbon [Condorcet], au lycée Monge [Saint-Louis]. Sa carrière culmine comme secrétaire de la Faculté des Lettres de Paris, pendant près de vingt ans, de 1864 à 1882.

Continuer la lecture de « Lorquet, Alfred [1815-1883]. De l’École normale au secrétariat de la Faculté des Lettres »

Halloy, Jean François (1779-1832), du secrétariat de rectorat à l’inspection académique

C’est sa nomination, en 1820, dans une fonction d’autorité, comme inspecteur d’académie à Limoges puis à Bourges, qui permet à Jean François Halloy d’échapper à l’anonymat qui eût été le sien s’il était resté seulement secrétaire d’un rectorat. L’Almanach royal témoigne de sa carrière, interrompue par la Révolution de Juillet. Continuer la lecture de « Halloy, Jean François (1779-1832), du secrétariat de rectorat à l’inspection académique »

Rectorats, les « petits rectorats » jugés par un Normalien

La loi organique du 15 mars 1850, inspirée par Alfred de Falloux [1811-1886], et mise en œuvre par le ministre de l’Instruction publique et des Cultes [octobre 1849-janvier 1851] Félix Esquirou de Parieu [1815-1893], modifie profondément le fonctionnement universitaire mis en place sous le premier Empire par Napoléon depuis 1808. Les académies, jusqu’alors regroupement de plusieurs départements, voient leur ressort restreint et limité à un seul département.
Continuer la lecture de « Rectorats, les « petits rectorats » jugés par un Normalien »

Malleval, François Christophe (1785-1845), proviseur du lycée Louis-le-Grand

Après de bonnes études au lycée Louis-le-Grand, François Christophe Malleval y devient tout naturellement professeur de grammaire. En 1819, à la suite d’une crise au niveau de l’administration, il y est nommé proviseur. C’est une autre crise, mais politique cette fois, qui en 1823 lui fait perdre son poste.

Continuer la lecture de « Malleval, François Christophe (1785-1845), proviseur du lycée Louis-le-Grand »