Bienvenue chez Philo19
 
[ recherche ] [ présentation ] [ liste alphabétique des auteurs ] [ statistiques ] [ courriel ]


Notice de l'auteur

Prénom :  [Anne Marie] Casimir
Nom :  Broussais
Date de naissance :  1803
Date de décès :  1847
Profession :  
Bref :  Casimir Broussais est l’auteur de "Hygiène morale et Application de la physiologie à la morale et à l’éducation" paru en 1837.
Notice :  [1803-1847], médecin, fils de François Joseph Victor Broussais.

Casimir Broussais est l’auteur de Hygiène morale et Application de la physiologie à la morale et à l’éducation [Paris : J. B. Baillière, 1837].
En 1839 assure la deuxième édition, considérablement augmentée par l’auteur, publiée par son fils Casimir Broussais, de l’Irritation et la folie, de François Joseph Victor Broussais. [Paris : J. B. Baillière, 2 volumes in-8, 1839]. La première édition De l’Irritation et de la folie : ouvrage dans lequel les rapports du physique et du moral sont établis sur les bases de la médecine physiologique est parue en 1828 [Paris : Mlle Delaunay, in-8, XXXII-590 p., 1828] une dizaine d’années avant la mort de François Joseph Victor Broussais [1772-1838], décédé en novembre 1838.

En 1840, publie : De la Statistique appliquée à la pathologie et à la thérapeutique, par Casimir Broussais [Paris : J. B. Baillière, in-8, 103 p., tableau, 1840]. En 1842, auteur de l’ouvrage De la Phrénologie humaine et comparée, ou Réponse aux objections de MM. Flourens et Leuret. Discours lu à la séance annuelle de la société phrénologique, le 18 décembre 1842, par M. le Dr. Casimir Broussais [Paris : impr. De Moquet et Hauquelin, in-8, 19 p.].

Auteur d’une Lettre adressée au Président de l’Académie des sciences morales et politques au sujet du mémoire de M. Dubois [d’Amiens], intitulé Examen des doctrines de Broussais, pour protester contre l’interprétation qui a été donnée à la pensée de son père. La lettre est lue publiquement le 15 juillet 1843.

« Monsieur le Président, Je viens de lire l’analyse d’un Mémoire de M. Dubois [d’Amiens] sur la Psychologie de mon père.
Suivant le critique, toute cette psychologie se réduirait à la substitution d’un mot à un autre mot, du mot homme au mot âme, et à une hypothèse anatomico-physiologique, celle des fibres contractiles dans le système nerveux.
Non, ce ne fut pas pour si peu que Broussais fut membre de l’Académie des sciences morales et politiques, et que le vaste amphithéâtre de la faculté de médecine devint trop étroit pour contenir la foule de ses auditeurs.
Deux mots encore de rectification :
Broussais reconnaissait dans l’organisme physiologique une force vitale ; dans l’entendement humain une intelligence ; dans l’univers, un Dieu. Était-ce une concession de sa part ? - Non. Était-ce inconséquence de conviction ?- Non ; c’était une nécessité logique.
J’espère pouvoir un jour faire à l’Académie l’exposition de ces idées qu’a déjà si admirablement abordées M. le secrétaire perpétuel ; aujourd’hui, je ne demande, au nom de celui qui n’est plus là pour répondre, que la simple lecture de cette protestation contre l’interprétation donnée par M. Dubois [d’Amiens] à la psychologie de mon père. J’ai l’honneur de vous saluer, monsieur le Président, avec un profond respect.»
[lecture faite le 15 juillet 1843].

© Textes Rares, Philo19
Le 25/09/2020